twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Zones d’ombre d’un décret : L’Etat lance un appel entrant à Global Voice

vendredi 2 septembre 2011

Le Quotidien a décidé de sortir in extenso le décret 2011-1271 portant contrôle et taxation des communications entrant au Sénégal, afin de permettre aux uns et aux autres d’échapper à la cacophonie suscitée par ceux qui soutiennent la Sonatel et ceux qui combattent la société de téléphonie. Mais en parcourant ce document, l’on se rend compte que l’Etat aura le loisir de revenir sur certaines décisions qui avaient été cassées il n’y a pas longtemps par les instances régulant les marchés publics. Est-ce un bien ou un mal ? Quoi qu’il en soit, comme souvent, la vérité n’est pas d’un seul côté et tous les torts de l’autre, uniquement. Le débat sur la taxation des appels entrant au Sénégal ne sera pas tranché rapidement, tant la passion a pris le pas sur le débat de techniciens, et que les décideurs se cachent derrière les sous-fifres. Face au silence de l’Etat, la Sonatel occupe le terrain et fait de la communication à tout va. Et si l’on ne file pas droit, comme le consumériste Momar Ndao, c’est la Justice qui est mise en branle. Le rejet de la taxation sur les appels entrants est devenu une cause nationale sacrée, que même le M23 a adoptée. Mais peu de gens sont en mesure d’expliquer ce qu’il en est, et à part peut-être la ruine de la Sonatel que nous présentent les syndicats des travailleurs, que la direction de la boîte a mis en avant. Ce qui a justifié la publication par Le Quotidien, du décret qui institue le contrôle et la taxation des appels entrants, afin que les lecteurs se fassent leur propre religion. Au moins ainsi, une partie des questions que se pose le Sénégalais moyen arriveront-elles à trouver réponses.

Car en vérité, à quel titre Mamadou Aïdara Diop est-il le plus indiqué pour porter le combat de la Sonatel, en lieu et place de sa direction et de son Conseil d’administration ? Et au moment où ces derniers se taisent, le magazine Jeune Afrique, dans sa dernière livraison, informe que le Directeur général Cheikh Tidiane Mbaye a proposé au Président Abdoulaye Wade, de lui verser 60 milliards de francs Cfa, à condition qu’il renonce à faire appliquer le décret sur les appels entrants. Cette information devrait être éclaircie rapidement.

Retour à Global Voice ?

Sinon on serait amenés à croire que Sonatel est si liquide qu’elle peut se permettre de distraire 60 milliards de sa trésorerie sans aucune difficulté, juste pour éviter d’avoir à verser des redevances supplémentaires à l’Etat. Mais s’il s’agit d’éviter que nos dirigeants ne fassent une erreur préjudiciable aux intérêts nationaux, le trafic d’influence n’est pas la meilleure méthode, car ce pays a des enfants dignes, décidés à préserver son futur. L’Agence de régulation des marchés publics avait indiqué la voie, en cassant le marché accordé en son temps à Global voice. C’est vrai que le chef de l’Etat n’a pas donné l’impression d’être d’accord, même s’il avait fini par s’y soumettre, malgré lui, et on craignait qu’il ne prépare un coup de Jarnac.

Les articles 4 et 8 du décret dont il est question ici démontrent que les gens n’ont eu pas tort d’appeler à la vigilance. Une large fenêtre est ouverte ici pour faciliter le retour de Global voice, qui a été éjecté de manière légale et sans possibilité de recours. Il semble que cette fois-ci, le gendarme des marchés publics aurait peu à redire si l’Artp décidait une fois de plus de faire appel à cette structure pour surveiller la comptabilité des appels entrant au Sénégal. Néanmoins, même cette agence devra aussi convaincre l’opinion qu’elle n’est pas mue que par l’appât du gain, pour que ses décisions soient acceptées.

Et cette fois-là alors, la Sonatel aurait fort à faire pour convaincre les Sénégalais de la suivre de son combat. Les travailleurs ne pourront plus avec impunité priver les Sénégalais de toutes les communications téléphoniques et Internet, comme ils ont déjà eu à le faire. Car au-delà du fait que cette entreprise et ses travailleurs, malgré leurs griefs envers l’Etat, ne peuvent pas être au-dessus des lois, il y a que la piètre qualité de leurs services, surtout en ce qui concerne la connexion au téléphone mobile, fait ressortir l’indécence de leurs faramineux bénéfices.

Par ailleurs, pour combattre la taxation des appels entrants, les adversaires devraient chercher des arguments autrement plus convaincants que les exemples des pays qui la mettent déjà en œuvre. Les tarifs des communications du Sénégal au Ghana ne sont pas nécessairement plus chers depuis l’entrée en vigueur de la surtaxe. Et surtout, s’agissant de ce pays, non seulement aucun opérateur de téléphone n’a encore fait faillite ou n’a quitté le pays depuis l’instauration de cette nouvelle taxe, mais en plus, leur réseau n’est pas aussi régulièrement perturbé que celui de notre opérateur de référence. Et ici, c’est un consommateur qui a pu voyager qui parle...

Mohamed Guèye

(Source : Le Quotidien, 2 septembre 2011)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)