twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Un chercheur invite à revoir les perspectives du journalisme avec les réseaux sociaux

samedi 5 mai 2018

L’enseignant-chercheur à l’université Gaston Berger de Saint-Louis, Dr Mamadou Diouma Diallo, spécialiste des sciences de l’information a souligné, vendredi, à Gandon (Saint-Louis), la nécessité de revoir les perspectives du métier de journalisme face à l’avènement des réseaux sociaux.

"On fait le constat que le journaliste a perdu le monopole de l’information, donc si on part de ce principe, que sur tout le processus, le journaliste est concurrencé, il y a nécessité de revoir l’orientation ou les nouvelles perspectives qu’il faudrait redonner à ce métier", a-t-il déclaré.

Docteur Diallo faisait une communication sur "Mutations de l’APS face aux réseaux sociaux et couverture médiatique d’une élection", thème du séminaire de formation organisé par l’APS en partenariat avec la Fondation Konrad Adenauer (FKA).

La cérémonie d’ouverture de cette rencontre de deux jours s’est déroulée en présence du directeur général de l’APS, Thierno Birahim Fall, de la représentante de la FKA, Üte Boncande, de l’adjointe au maire de Saint-Louis, Aïda Mbaye Dieng.

"Face à l’avènement des réseaux sociaux, les professionnels des médias doivent réfléchir sur les nouvelles orientations à donner à leur métier", a laissé entendre Dr Diallo, soulignant toutefois que le journaliste continuera "incontestablement" à informer, à collecter, à traiter, à diffuser et à produire les informations.

"Nous sommes dans un domaine où la profession est menacée dans ses frontières" a dit l’enseignant-chercheur, parlant de la percée des réseaux sociaux.

Il a aussi évoqué "la difficulté à vérifier une information juste et fiable à travers les réseaux sociaux".

Par ailleurs, Mamadou Diouma Diallo a fait remarquer que "le journaliste n’est plus le seul à pouvoir diffuser une information parce qu’il est concurrencé par un certain nombre d’acteurs qui ont décidé d’investir" ce terrain grâce aux nouvelles technologies de l’information et de la communication.

(Source : APS, 5 mai 2018)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 449 579 abonnés Internet

  • 10 183 289 abonnés 2G+3G+4G (97,47%)
  • 115 978 clés et box Internet (1,11%)
  • 130 612 abonnés ADSL (1,25%)
  • 17 961 abonnés bas débit (0,17%)
  • 1739 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 006

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 30 septembre 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 299 774 abonnés
- 234 433 lignes résidentielles (78,20%)
- 65 257 lignes professionnelles (21,80%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 septembre 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 403 402 abonnés
- Taux de pénétration : 107,52%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)