twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Rejet unanime des surtaxes sur les trafics internationaux entrants

samedi 18 février 2012

La Conférence des télécommunications ouest africaines (CTAO), qui regroupe les Directeurs généraux de plusieurs sociétés de télécommunications ouest africaines, a rejeté fermement les surtaxes gouvernementales appliquées au trafic international entrant.

‘’La surtaxe sur le trafic international entrant est une pratique non conforme au Règlement des télécommunications internationales et à la recommandation D 140 de l’Union internationale des télécommunications (UIT) ‘’, a affirmé Mamadou Bamba, président de la CTOA, lors d’une conférence de presse, vendredi à Dakar.

Selon lui, cette surtaxe est à contre courant de la tendance baissière des tarifs des services de télécommunications et en particulier des tarifs de terminaison notée depuis 1998, suite au forum mondial de développement des télécommunications de l’UIT.

‘’Cette surtaxe constitue un non respect de l’acte additionnel A/SA 3/01/07 de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest selon lequel les taxes et redevances imposées aux opérateurs et fournisseurs de services doivent avoir pour objet de couvrir les frais administratifs afférents aux ressources rares et aux frais de régulation du secteur des télécommunications ‘’, estime M. Bamba.

Il a laissé entendre que l’introduction de la surtaxe dans certains pays de la sous-région a permis de mesurer concrètement ses effets dévastateurs sur le secteur.

Au titre de ces effets, M. Bamba énonce ‘’une augmentation généralisée des tarifs au consommateur, supportée par les populations locales et la diaspora’’.

Un autre effet porte sur une augmentation de la fraude, une diminution du volume du trafic international entrant, du chiffre d’affaires des opérateurs et des recettes fiscales.

La CTOA a recommandé aux pays qui ont mis en œuvre un tel système ou qui envisagent de le faire, notamment le Sénégal, le Ghana, la Guinée, la Mauritanie, le Libéria et le Congo, ‘’de réviser leur position dans l’intérêt des populations’’.

M. Bamba signale au passage qu’après le Gabon en octobre 2011, la Côte d’Ivoire a pris la décision depuis janvier 2012 de renoncer à la surtaxe appliquée au trafic international entrant.

(Source : APA, 18 février 2012)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)