twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Principaux enseignements de l’Africa Tech Festival : argent mobile, fibre, câbles sous-marins

mercredi 16 novembre 2022

Les nations africaines, les opérateurs et les entreprises privées étaient tous d’accord sur le fait que l’Afrique continue de détenir un tel potentiel, avec beaucoup de progrès, mais combien de temps encore allons-nous entendre cela au lieu de le voir se réaliser pleinement ?

De nombreux progrès ont été présentés par les entreprises au Africa Tech Festival à Cape Town, en Afrique du Sud, qui a accueilli deux événements phares : Africa Com et Africa Tech.

Les deux événements ont réuni des cadres supérieurs de grandes entreprises du monde entier avec 12 000 participants.

Google n’est étranger à aucune partie du monde puisque la société a présenté aux participants son plan visant à offrir une connectivité moins chère et plus répandue en Afrique.

Le directeur général de Google Afrique subsaharienne, Nitin Gajria (photo), a déclaré que l’Afrique est toujours au “rez-de-chaussée” en termes de connectivité avec beaucoup de place pour s’élever, car il y a plus d’un milliard de personnes vivant en Afrique subsaharienne, dont seulement 300 millions sont connectés.

Il a souligné trois défis clés pour la connectivité sur le continent, à savoir une infrastructure moins développée, l’omniprésence de données bon marché et fiables et la disponibilité de combinés abordables.

Google vise à s’attaquer aux trois en mettant en ligne en décembre son câble sous-marin Equiano qui offre 20 fois plus de capacité que le câble qu’il remplace, sur la côte ouest de l’Afrique entre Lisbonne, Portugal et Cape Town, Afrique du Sud.

Mais Gajria a souligné qu’une collaboration avec les FAI et les acteurs de l’infrastructure est nécessaire pour maximiser la capacité apportée par Equiano. Il a également déclaré qu’il n’était actuellement pas prévu de construire un câble sous-marin à l’est.

Developing Telecoms a demandé à Gajria pourquoi le géant de la technologie d’un milliard de dollars investit autant en Afrique et quel retour il attendait de son investissement. À quoi Gajira a répondu avec la stratégie mentionnée ci-dessus et a conclu par “nous visons un écosystème Internet plus dynamique et plus sain en Afrique”.

Argent mobile

Ailleurs, la PDG d’Orange Money Mali, Aicha Touré (photo ci-dessus), a pris part à une discussion pour souligner la croissance de l’argent mobile.

En Afrique, on comptait environ 300 millions d’utilisateurs de mobile money fin 2021, un chiffre qui devrait passer à un demi-milliard dans les cinq prochaines années. Le directeur général a également ajouté que moins de 22 % des Africains utilisent les services bancaires traditionnels tandis que 59 % utilisent les services de monnaie électronique. L’argent mobile est devenu une technologie tellement fiable qu’Orange Money a été utilisé comme plate-forme pour distribuer l’aide gouvernementale en Côte d’Ivoire, a noté Touré.

Au Mali, il y a un taux de pénétration de 90 % dans la connectivité avec un citoyen sur deux ayant un compte d’argent mobile, cependant, Touré a souligné qu’il y a toujours l’obstacle de l’abordabilité des appareils.

“Même dans les zones rurales, nous avons une couverture Internet, mais le défi est que les smartphones ne sont pas accessibles à tous. Nous subventionnons actuellement des appareils afin que les gens puissent se payer les leurs, mais nous avons besoin de la collaboration du gouvernement pour vraiment étendre cela », a déclaré Touré.

Touré a également ajouté que l’éducation est un autre défi pour l’inclusion financière, en particulier dans les zones rurales, et que cela nécessite également la collaboration du gouvernement pour y faire face.

Avec l’adoption massive de l’argent mobile, l’espace est prêt pour une mise à niveau. L’exécutif d’Orange a appelé à une meilleure réglementation gouvernementale pour faire évoluer l’espace de l’argent mobile, qui est actuellement contraint par la bureaucratie pour l’empêcher d’étendre les services avec des fonctionnalités telles que l’interopérabilité avec d’autres plateformes, l’assurance et les prêts.

Tous les pays africains n’ont pas la chance d’avoir un taux de connectivité aussi élevé qu’au Mali, il suffit de regarder jusqu’au Soudan du Sud enclavé pour voir l’opposé polaire, qui avait été ravagé par une guerre civile qui n’a pris fin qu’en 2020 .

Appel à la fibre

L’appel à davantage de déploiement de la fibre a été repris tout au long de la conférence, car la fiabilité et la rapidité des câbles peuvent pousser l’Afrique à participer à la quatrième révolution industrielle à venir.

Le secrétaire général de l’Union africaine des télécommunications, John Amo, a souligné le besoin urgent d’un déploiement accru de la fibre dans les pays africains, déclarant que cela sera un moteur de croissance économique et aidera les pays africains à rattraper leurs homologues occidentaux sur la scène mondiale.

Selon une étude de la Banque mondiale, pour chaque augmentation de 10 % de la connectivité dans un pays à revenu faible à intermédiaire, il connaît en moyenne une augmentation de 1,38 % du PIB.

“Le haut débit limité conduit inévitablement à une progression industrielle limitée, à un commerce et à un partage d’informations inefficaces. Cela conduit directement à une place désavantageuse pour l’Afrique dans le commerce mondial, le tissu politique et autre de l’écosystème – qu’il soit politique, économique ou social », a déclaré Amo.

Amo a appelé à une plus grande collaboration entre les secteurs public et privé, afin d’encourager ces derniers à investir davantage dans les infrastructures et à ouvrir la voie à la connectivité, car les gouvernements n’ont souvent pas été de bons investisseurs dans les infrastructures de connectivité.

Mélissa Babineaux

(Source : Fr Tribune.net, 16 novembre 2022)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 16 350 690 abonnés Internet

  • 16 349 008 abonnés 2G+3G+4G (97,25%)
    • 2G : 18,12%
    • 3G : 32,22%
    • 4G : 49,66%
  • 213 908 abonnés ADSL/Fibre (1,32%)
  • 234 052 clés et box Internet (1,43% )
  • 1682 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,30%
  • Internet mobile : 98,670%

- Liaisons louées : 4 491

- Taux de pénétration des services Internet : 94,98%

(ARTP, 31 mars 2022)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 266 260 abonnés
- 225 387 résidentiels (84,65%)
- 40872 professionnels (15,35%)
- Taux de pénétration : 1,54%

(ARTP, 31 mars 2022)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 20 067 256 abonnés
- Taux de pénétration : 116,57%

(ARTP, 31 mars 2022)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)

PRÉSENTATION D’OSIRIS

batik