twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Presidentielle-2012 : Les blogueurs et utilisateurs des réseaux sociaux en sentinelles de la démocratie

samedi 25 février 2012

L’élection présidentielle du dimanche 26 février intéresse tous les supports médiatiques au Sénégal. Internet, à travers les blogs et réseaux sociaux, n’est pas en reste. Coordonnateur du Réseau des Blogueurs du Sénégal, le journaliste, Basile Niane, nous plonge dans l’univers des réseaux sociaux.

Que signifie le terme « hashtag » ?

En réalité, la définition exacte du mot hashtag veut dire le mot clé sur twitter. Pour faire des recherches sur twitter, on utilise un hashtag.. C’est-à-dire le « # » que vous voyez tout le temps sur twitter. Et c’est ce symbole qu’on nomme hashtag. C’est l’exemple du hashtag « Sunu2012 » qu’on a installé. En effet, le « Sunu2012 » ça nous appartient. Dans la mesure où, « sunu » est un mot wolof qui signifie « notre », tandis que 2012 renvoie aux élections. On a voulu montrer à la presse internationale et au monde entier qu’il y a des blogueurs au Sénégal, capables de donner des informations. Puisqu’on parle délections et qu’on est au Sénégal, il fallait créer quelque chose qui nous appartient. C’est dans ce sens que nous avons lancé le hashtag « Sunu2012 », qui est uniquement un fil d’informations sur les élections.

« Sunu2012 » est-il le prolongement de « Kebetu » ?

Le « Sunu2012 » est différent du hashtag « kebetu » qui veut dire twitter. Quand un blogueur sénégalais fait un post, il met à la fin le hashtag « kebetu ». C’est ce qui différencie, en quelque sorte, les bloggeurs nationaux et étrangers. Il n’y a que le Sénégal qui a pu mettre en place ce hashtag « Sunu2012 ». En côte d’Ivoire avec la guerre, ils avaient mis un hashtag « Civ2010 », pour montrer que c’était la Côte d’Ivoire. Et c’est là-bas qu’on a pris l’initiative qu’il fallait faire la différence, en créant le « Sunu2012 ».

Qu’en est-il des autres réseaux sociaux ?

Twitter est distinct des autres réseaux sociaux comme facebook. C’est un micro-blogging qui vous permet d’être informé le plus rapidement possible. Et chaque journaliste doit avoir un compte twitter. La différence entre twitter et facebook repose sur la rapidité. Sur twitter l’information passe vite, tandis que « facebook » est un réseau social, où les gens mettent des photos, ajoutent des commentaires. Twitter est plus professionnel, on utilise des « hashtag », des « # », des « @ ». C’est le langage de twitter, bref une plateforme de micro-blogging sur laquelle un tweet ne peut pas dépasser 140 caractères. Il est vraiment différent du blogging, où la personne dispose d’un blog et peut écrire des articles à sa guise pour informer. Quels sont les impacts des réseaux sociaux sur la présidentielle ?

Au regard du printemps arabe, on peut dire aujourd’hui que les réseaux sociaux jouent un rôle très important. En 2012, une nouvelle génération est née pour suivre ses élections présidentielles, contrairement aux années 2000, où beaucoup de personnes ne s’intéressaient pas à la politique. Vu que les réseaux sociaux ont connu un développement extraordinaire, de plus en plus de citoyens les utilisent. De ce fait, je peux dire que c’est une force qui vient en quelque sorte superviser les présidentielles. En tant que blogueur, nous ne pouvons qu’en être fiers. Avec ces réseaux sociaux, personne ne peut « voler » les élections, car les gens partagent toutes les informations. Ce qui veut dire que l’information n’appartient plus au journaliste, mais elle est dispersée et accessible aux personnes qui ont des comptes twitter, facebook ou autres. Et les candidats ont compris cela, en étant sur certains réseaux sociaux. Ils savent que la campagne n’est pas uniquement sur le terrain, mais elle se passe aussi sur la toile.

Quelles sont les initiatives mises en place ?

L’initiative première est la plateforme « Sunu2012 », dédiée à l’élection présidentielle. Mais, il y aussi d’autres plateformes comme « Samabat », consacrée aux organisations de la société civile. On note aussi d’autres initiatives comme « car rapid.com » qui sont des web tv. Ce qu’on peut retenir c’est que c’est la première fois qu’on voit des jeunes faire des élections présidentielles « une présidentielle, Web 2.0 », avec l’utilisation des réseaux sociaux. Quelles attitudes doivent adopter les internautes ?

Je pense que la dignité, l’honnêteté sont les meilleures postures à avoir sur la toile. Le journaliste doit donner la bonne information. C’est-à-dire qu’il doit respecter l’éthique et la déontologie, bases de notre profession. Quant au blogueur, il doit avoir les mêmes attitudes ou plutôt être honnête avec soi-même.

Basile Niane

(Source : Sénégal Médias, 25 février 2012)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 14 825 111 abonnés Internet

  • 14 016 086 abonnés 2G+3G+4G (97,90%)
    • 2G : 23,96%
    • 3G : 43,14%
    • 4G : 32,90%
  • 177 363 abonnés ADSL/Fibre (1,21%)
  • 134 098 clés et box Internet (0,90% )
  • 2 258 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,20%
  • Internet mobile : 98,80%

- Liaisons louées : 22 706

- Taux de pénétration des services Internet : 88,74%

(ARTP, 31 décembre 2020)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 228 774 abonnés
- 186.695 résidentiels (81,61%)
- 42 079 professionnels (18,39%)
- Taux de pénétration : 1,36%

(ARTP, 31 décembre 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 078 948 abonnés
- Taux de pénétration : 114,21%

(ARTP, 31 décembre 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)