twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Permis de construire : TeleDAC s’adapte à l’Acte III de la décentralisation

mercredi 6 avril 2016

Pour être au diapason de l’Acte III de la décentralisation, L’Agence De l’Informatique de l’Etat (ADIE), maitre d’œuvre du Projet TeleDAC (Télédemande d’Autorisation de Construire) a convié les 52 communes et les 10 sous-préfectures de la région de Dakar à un atelier de sensibilisation sur le cadre législatif et réglementaire du Permis de Construire, le Doing Business et les enjeux de la dématérialisation.

Cet atelier organisé en deux sessions de trois jours chacune s’est tenu sous l‘égide de l’équipe de coordination qui est composé du ministère du Renouveau urbain, de l’Habitat et du Cadre de Vie (MRUHCV), de l’APIX, du BOM et de l’ADIE, maître d’œuvre du projet avec le soutien du partenaire technique et financier, ICF (Investment Climate Facility for Africa) qui œuvre pour l’amélioration du climat des affaires en Afrique.

Une vingtaine de maires de commune et une dizaine d’autorités administratives ont pris part à la rencontre. Les autres collectivités locales se sont fait représenter par des adjoints, des secrétaires municipaux ou des responsables techniques.

La première session qui s’est déroulée du 29 au 31 Mars 2016 a été présidée par M. Yatma Gueye, Directeur de Cabinet du ministre du Renouveau Urbain, de l’Habitat et du Cadre de vie. Il a campé le décor à l’ouverture du séminaire en rappelant que « l’entrée en vigueur de l’acte III de la décentralisation a modifié la typologie des collectivités locales, entrainant des changements dans leur nombre et dans les procédures de TeleDac ; ce qui implique des besoins nouveaux en termes d’équipements, de formation et de sensibilisation » au bénéfice des collectivités locales. « Il est plus qu’important que tous les acteurs soient au même niveau d’information pour la pérennisation de ce projet », a insisté M. GUEYE.

Les représentants des collectivités locales ont embouché la même trompette. M. Cheikh Gueye, le maire de Dieuppeul-Derklé et M. Daouda Ndiaye, celui de Yeumbeul Nord qui ont parlé au nom de leurs pairs ont magnifié la pertinence de l’initiative reconnaissant au passage l’urgence qu’il y avait de mettre à niveau les nouvelles communes et leurs nouveaux édiles par rapport aux divers enjeux contenus dans le projet TéléDAC.

Cheikh BAKHOUM, Directeur du Projet TeleDAC : « s’adapter à un environnement nouveau »

La « présence massive des maires pendant trois jours malgré leur charge de travail élevée » et l’intérêt qu’ils ont porté aux débats ont été salués tour à tour par Serigne MBAYE, Secrétaire Général du ministère du Renouveau Urbain, de l’Habitat et du Cadre de vie et Cheikh BAKHOUM, Directeur Général de l’ADIE.

M. Mbaye qui prononça le mot de clôture dira que la « réussite de l’acte III de la décentralisation dépend du niveau de compréhension de ses enjeux par les maires ». C’est ainsi que l’ancien préfet de Rufisque les a appelés à être conscient des défis et à devenir des relais de l’ADIE dans leurs communes respectives. M. Mbaye, s’adressant au DG de l’ADIE, l’encourage « à accompagner les collectivités locales surtout en matière de connectivité ; l’efficacité et l’efficience du projet TéléDAC en dépendent ».

Tout en répondant favorablement à cette sollicitation, somme toute pertinente, le Directeur Général de l’Agence De l’Informatique de l’Etat précisera que le défi, en la matière, ne réside pas dans la mise en place de la solution informatique, car celui-ci a déjà été relevé par l’ADIE dans des délais très courts. Pour Cheikh BAKHOUM, le défi principal consiste en « la capacité de l’administration sénégalaise à s’adapter à un environnement nouveau qui implique de nouvelles manières d’être et de faire ». C’est pourquoi, renchérit le Directeur du projet, « l’ADIE et ses partenaires ont très tôt opté pour une approche de conduite du changement qui met en avant les acteurs et décideurs que sont les maires et les autorités administratives ».

Conscient du rôle incontournable des maires pour la réussite de cette nouvelle phase de TéléDAC, M. Bakhoum leur a signifié que « l’autorisation de construire appelle un engagement particulier de [leur] part pour permettre à l’administration sénégalaise de rivaliser sur cette question précise avec les meilleures en Afrique, voire dans le monde ».

Rappelons que suite aux implications de l’acte III de la décentralisation, la plateforme TeleDAC, qui n’était opérationnelle qu’au sein des villes de Dakar, Pikine, Guédiawaye et Rufisque, s’étend aux cinquante-deux (52) communes de la région de Dakar et prendra également en compte les dix (10) sous-préfectures de cette dernière.

(Source : ADIE, 6 avril 2016)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 100 000 utilisateurs
- Taux de pénétration de Facebook : 32%

(Facebook Ads, décembre 2018)