twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Traduction de logiciels en wolof : Microsoft se connecte en langues nationales

samedi 29 avril 2006

C’est une fenêtre ouverte pour ne pas rater le train de la mondialisation. Après le Swahili, Microsoft envisage la localisation en wolof de ses deux futurs logiciels : Windows vista et Office 12. Une version qui devrait être disponible, en même temps que celle anglaise et française.

La nouvelle, rendue publique, hier, au cours d’un point de presse par Cheik Modibo Diarra, récemment nommé président de Microsoft Afrique, a reçu l’avis très favorable du gouvernement sénégalais. En témoigne, la présence aux côtés de M. Diarra, du directeur de l’Agence de l’informatique de l’Etat (Adie), Mohamed Tidiane Seck.

La délégation de Microsoft à Dakar pour la mise en place du comité de travail va collaborer étroitement avec l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Une équipe de linguistes et professionnels de l’informatique vont travailler ensemble pour « mettre au point un glossaire en wolof couvrant le domaine de l’informatique courante. Cette véritable localisation, à ne pas confondre avec une simple traduction, servira de base au language Interface Pack qui permettra aux développeurs de créer, tester et finaliser l’application », souligne Andy Abar, directeur de Microsoft pour l’Afrique de l’Ouest, de l’Est et du Centre.

Aussi, « cette version en wolof constitue également une opportunité exceptionnelle pour tous les développeurs de logiciels, de plus en plus nombreux en Afrique de l’Ouest. Car, au final, ce sont les seuls capables de développer des applications dans cette langue. Dès que les outils seront disponibles, les développeurs de cette région auront la possibilité de créer des applications supplémentaires en wolof. C’est ainsi qu’on pourra, par exemple, développer un correcteur orthographique, localement. Il est, en outre, possible de créer des applications logicielles pour l’entreprise, l’administration et les particuliers, en fait tout ce dont a besoin le marché », renseigne M. Paul Niamkey, directeur général de Microsoft Afrique de l’Ouest et du Centre.

Pour M. Seck « les jeunes Sénégalais doivent trouver une occasion à ce projet pour apporter leur savoir-faire, participer à la construction de cet édifice ». Une idée partagée par Cheik Modibo Diarra, qui estime que « si nous pouvions développer les ressources humaines, régler les problèmes de gouvernance de nos pays, le XXIe siècle pourrait être celui de l’Afrique ».

Fatou FAYE

(Souce : Le Quotidien, 29 avril 2006)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)