twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Scandale de l’Artp : La pire catastrophe du Sénégal

jeudi 14 juin 2012

Suite à la sortie du nouveau directeur général de l’Artp, faisant état d’une plainte contre X pour détournement de deniers publics et réclamant à l’homme d’affaire Cheikh Amar 8,2 milliards de Fcfa, l’organisation des distributeurs de services numérique et de télécommunication (Odsent) enfonce le clou, selon la Tribune reprise par Leral. Dans un communiqué, l’organisation demande au directeur général de l’Artp d’aller plus loin dans l’audit interne de son entreprise.

L’odsent veut savoir pourquoi Ndongo Diaw avait signé les contrats suivant : « 130 millions pour le promoteur Gaston Mbengue, 600 millions pour le promoteur Luc Nicolai, 260 millions pour la 2stv, 20 millions pour la Rdv, 70 millions pour Pamodzi et la liste n’est pas exhaustive ». Bassirou Cissé, président du bureau exécutif de l’Odsent, et ses camarades se demandent : « Où sont passés les milliards que les opérateurs de télécommunications ont versé à l’Artp pour les fonds de développement du service universel (FDSUD) et pour quoi Ndongo Diaw a toujours refusé de communiquer sur le montant, malgré l’insistance des acteurs ? Ils se sont aussi posés la question de savoir comment l’Artp a acquis l’immeuble de Amsa pour près de cinq milliards en dehors de l’approbation du conseil de régulation d’alors et quelle était la nature de la transaction ?

Dans le même document, l’Odsent soutient que 12 ans après sa création, l’Artp n’a jamais répondu positivement aux aspirations légitimes des Sénégalais. Et de citer : « l’échec du projet pilote de Matam, rupture avec les partenaires professionnels des Tics, prolifération de la fracture numérique, conflit avec les opérateurs, affaire Global Voice, scandale Mtl, aucune réalisation significative dans le secteur, etc. »

Poursuivant, l’Odsent martèle : « Après la création de l’Artp, les statistiques ont montré que le Sénégal a un taux de connexion de 4%, que 85, 5% des ménages ne disposent pas de l’outil internet, que 72% de la population du Monde rural font plus de 5km pour obtenir une connexion internet et que les démarches administratives n’étaient pas connues des populations. L’Odsent considère tout cela comme une catastrophe pour le Sénégal.

(Source : Leral, 14 juin 2012)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 141 900 abonnés Internet

  • 12 848 086 abonnés 2G+3G+4G (97,77%)
    • 2G : 27,55%
    • 3G : 46,81%
    • 4G : 25,65%
  • 163 820 abonnés ADSL/Fibre (1,27%)
  • 126 486 clés et box Internet (0,96%)
  • 3 508 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,27%
  • Internet mobile : 98,73%

- Liaisons louées : 22 540

- Taux de pénétration des services Internet : 81,08%

(ARTP, 30 juin 2020)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 216 286 abonnés
- 175 400 résidentiels (81,10%)
- 40 886 professionnels (18,90%)
- Taux de pénétration : 1,33%

(ARTP, 30 juin 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 17 728 844 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)