twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Régulation des marches : Vers une dématérialisation de la commande publique en 2013

samedi 22 décembre 2012

La dématérialisation des procédures pour l’accès à la commande publique est inscrite comme priorité en 2013 à l’Autorité de régulation des marchés publics (Armp). Le secrétaire général du gouvernement y était en visite hier.

L’une des priorités de l’Autorité de régulation des marchés publics (Armp) est la dématérialisation de la commande publique. Son directeur général, Saer Niang, l’a rappelé hier, lors d’une visite que le secrétaire général du gouvernement, Seydou Guèye, a effectuée au niveau de cette structure dont le but est d’instaurer la transparence, l’équité et l’impartialité dans les marchés publics. Cette dématérialisation, qui permettra l’automatisation de la procédure de passation des marchés publics, fait partie des réformes de seconde génération à effectuer en 2013, a déclaré le directeur général de l’Armp. Selon M. Niang, la modernisation du dispositif permettra à l’Armp d’être beaucoup plus efficace en réduisant les délais et les coûts des transactions et en renforçant la transparence. « Les interventions intempestives visant à favoriser les soumissionnaires seront ainsi évitées », a-t-il mentionné. En effet, ce grand projet permettra également la soumission électronique des offres, l’ouverture des plis, l’évaluation des offres et l’attribution des marchés sur une base électronique, a ajouté Saer Niang.

Le renforcement des acteurs de la commande publique était aussi au centre de la visite de Seydou Guèye à l’Armp. Saer Niang a rappelé, à ce sujet, la fonctionnalité du centre de formation de l’Armp et la mise en place d’un Master en régulation de la commande publique. Ce diplôme, reconnu par le Cames, est fait en collaboration avec l’Université de Dakar et l’Ecole nationale d’administration du Sénégal. Il a annoncé dans la foulée l’ouverture prochaine d’un second Master axé principalement sur le contrôle. Autant de projets qui, sans doute, contribueront à améliorer la délégation de service public.

Aly Diouf

(Source : Le Soleil, 22 décembre 2012)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)