twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Les TIC sont en train de révolutionner le développement en Afrique selon un rapport de la Banque Mondiale

lundi 17 décembre 2012

Les innovations dans le domaine des TICs sont en train d’offrir des solutions locales à des problèmes locaux, transformant ainsi les entreprises et conduisant à une croissance de l’entrepreneuriat et à une croissance économique selon un rapport publié conjointement par la Banque Mondiale, la Banque Africaine de Développement et l’Union Africaine.

Le rapport eTransform Africa : The Transformational Use of Information and Communication Technologies in Africa, offre de nouvelles données sur la révolution technologique qui s’opère en ce moment sur le continent Africain et l’impact que cette transformation a sur le développement du continent.

Au début de l’année 2012, il y avait 650 million d’abonnés au mobile, faisant de l’Afrique un marché plus grand que celui de l’Europe ou des Etats-Unis dans le domaine de la téléphonie mobile. Plus de 68 000 Kms de câbles sous-marins ont été installés, augmentant considérablement la connectivité à travers le continent.

La bande passante disponible au milliard d’habitants du continent Africain s’est ainsi multipliée par 20 depuis 2008.

« L’internet et les mobiles sont en train de transformer le paysage du développement en Afrique, insufflant un nouveau dynamisme dans les secteurs clés », a déclaré Jamal SAGHIR, Directeur de la Banque Mondiale pour le développement durable dans la région Afrique. « Le défi consiste à magnifier l’échelle de ces innovations pour un plus grand impact socio-économique à travers tout le continent au cours de la prochaine décennie. »

Le rapport eTransform Africa met l’accent sur le besoin de construire une industrie des TIC compétitive et concurrentielle pour promouvoir l’innovation, la création d’emplois, et stimuler le potentiel d’exportation des entreprises Africaines du domaine. Il identifie les meilleures pratiques dans l’utilisation des TIC dans huit secteurs clés. Par exemple :

Agriculture : au Kenya, le programme Kilimo Salama est un programme d’assurance des cultures qui tire parti du système de transfert d’argent par téléphone M­PESA et permet aux exploitants agricoles de mieux gérer les risques naturels tels que les sécheresses ou la surabondance de précipitations.

Adaptation au changement climatique : au Malawi, un projet de déforestation forme les communautés locales, à l’établissement de relevés des villages sur GPS et à l’élaboration de stratégies d’adaptation en fonction de leurs besoins.

Services financiers : au Sénégal, l’opérateur SONATEL a lancé un service d’envoi de fonds, permettant à ses 200 000 abonnés d’envoyer et de recevoir de l’argent par le biais de leur téléphone portable.

Santé : au Mali, la télémédecine contribue à pallier le manque de travailleurs et de spécialistes de la santé dans les zones rurales, grâce notamment au programme de télé-radiologie IKON.

“Ce rapport présente la voie dans laquelle l’Afrique s’est engagée et encourage l’esprit créatif concernant la manière d’utiliser les TIC au profit du plus grand nombre “, explique Gilbert Mbesherubusa, vice-président suppléant des opérations de la Banque africaine de développement.

Le rapport eTransform Africa fournit également des informations sur le développement des centres technologiques en Afrique – tels que iHub et NaiLab au Kenya, Hive CoLab et AppLab en Ouganda, Activspaces au Cameroun, CTIC au Sénégal, Kinu en Tanzanie ou mLabs au Kenya et en Afrique du Sud. Ces centres créent de nouveaux espaces de collaboration, d’innovation, de formation, de développement d’applications et de contenu et de pré-incubation des entreprises africaines de demain.

” L’Afrique prend rapidement l’étoffe d’un chef de file dans le domaine des TIC. Les innovations qui ont connu leur essor en Afrique – comme les téléphones portables à deux cartes SIM ou les envois de fonds par téléphone – se répandent sur tout le continent et au-delà ” indique Tim Kelly, expert en politique des TIC à la Banque mondiale et l’un des auteurs du rapport.

“Le défi à relever pour l’avenir du continent est de réussir à faire en sorte que les innovations en matière de TIC profitent à tous les Africains, y compris les pauvres, les plus vulnérables et les habitants des régions les plus reculées. “

Le rapport et les huit études sectorielles peuvent être consultés dans leur intégralité à l’adresse eTransformAfrica.org.

Sadibou Sow

(Source : Afrique ITnews, 17 décembre 2012)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)