twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Zambie : controverse autour de l’adoption de la loi sur la cybersécurité à quelques mois de l’élection présidentielle

vendredi 12 mars 2021

Au cours des dernières années, le développement de l’Internet en Zambie a suscité l’apparition de nombreuses menaces en ligne. Le gouvernement a décidé d’y faire face cette année. Les partis d’opposition estiment ce timing douteux.

La loi sur la cybersécurité et la cybercriminalité, en gestation depuis le début de l’année, a finalement été adoptée par le Parlement zambien le mardi 9 mars. Selon le gouvernement, cet outil juridique contribuera entre autres à la protection des personnes en ligne, particulièrement les enfants, et facilitera l’identification, la déclaration et la protection des infrastructures d’information critiques.

Le ministre de l’Intérieur, Stephen Kampyongo, a affirmé que cette loi devenait nécessaire au regard de l’augmentation des cas de harcèlement, d’insultes, de menaces, d’intimidation, des messages haineux sur Internet dans le pays. « Il y en a beaucoup qui se cachent dans le cyberespace qui abusent de notre peuple, insultent les citoyens et passent inaperçus. Nous voulons protéger notre peuple contre les abus », a martelé le ministre.

La loi sur la cybersécurité et la cybercriminalité intervient quelques mois avant la tenue de l’élection présidentielle du 12 août 2021. Une action que les partis d’opposition ne jugent pas anodine. Ils estiment que le gouvernement actuel se dote en fait de moyens légaux qui lui permettront de restreindre la liberté d’expression sur Internet, empêchant ainsi toute dénonciation de tentatives de fraude, surtout dans les zones rurales où l’accès à Internet est déjà faible.

Jack Mwiimbu, député de Parti uni pour le développement national (UPND), a déclaré que la loi sur la cybersécurité et la cybercriminalité est « la loi la plus controversée depuis l’indépendance, car elle permettra au gouvernement de s’immiscer dans la vie privée de nos citoyens ». Les activistes politiques et les partis d’opposition rejettent cette nouvelle loi.

Muriel Edjo

(Source : Agence Ecofin, 12 mars 2021)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 154 400 abonnés Internet

  • 14 826 621 abonnés 2G+3G+4G (98,76%)
    • 2G : 22,99%
    • 3G : 41,61%
    • 4G : 35,40%
  • 186 225 abonnés ADSL/Fibre (1,24%)
  • 139 205 clés et box Internet (0,90% )
  • 2 349 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,20%
  • Internet mobile : 98,80%

- Liaisons louées : 4 019

- Taux de pénétration des services Internet : 90,71%

(ARTP, 31 mars 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 236 763 abonnés
- 195 398 résidentiels (82,53%)
- 41 365 professionnels (17,47%)
- Taux de pénétration : 1, 41%

(ARTP, 31 mars 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 420 501 abonnés
- Taux de pénétration : 116,25%

(ARTP, 31 mars 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)