twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Willstream.com : Une StartUp Africaine au potentiel énorme qui permet de dire “Au revoir aux transferts d’argent”

lundi 3 septembre 2012

“ J’ai déménagé il y a 8 mois à Accra, et j’essaye de trouver le meilleur moyen de soutenir ma famille à Guédiawaye. J’ai découvert Willstream, et j’ai vu que je peux moi-même indiquer le boutiquier de mon ancien quartier et que vous vous occupez du reste. C’est génial comme concept, en plus c’est économique par rapport aux virements que je faisais… ” dit @abdoulsou, de Accra au Ghana.

C’est le genre de témoignage que l’on retrouve sur le site willstream.com. Une startup qui veut révolutionner le monde du transfert d’argent dans les pays du tiers monde en particulier, Willstream.com annonce que :”Se contenter d’envoyer de l’argent n’est pas une solution. Willstream vous met en relation avec les meilleurs professionnels au pays afin de mieux prendre en charge vos proches… Tout migrant le sait, l’argent n’est qu’une partie du problème.” L’idée est géniale ; nous avons ainsi pris contact avec Toffene KAMA CEO et co-fondateur de la plateforme.

AITN – Bonjour Toffene, peux-tu te présenter pour nos lecteurs ?

Toffene - Je suis le Co-Fondateur de Willstream Labs, une startup qui permet à la diaspora de mieux gérer l’utilisation des fonds envoyés au pays…surtout en cette période de crise.

Sénégalais …et citoyen du monde, j’ai souhaité rester au contact de l’Afrique après mes études, particulièrement dans le domaine du paiement et du mobile. J’ai participé aux premiers lancements du Prépayé Mobile au Sénégal, Nigeria, Kenya…ainsi qu’à l’introduction du BlackBerry dans certains pays de la région, avec Safaricom au Kenya et Globacom au Nigeria…

J’ai eu la chance de réaliser les premières plateformes de Mobile Money, y compris avec le fameux système de paiement M’Pesa au Kenya. Willstream est la suite logique de cette transformation et de la numérisation des paiements en Afrique, à commencer par ceux qui viennent de la diaspora.

Au-delà de moi-même, vous trouvez ici mes deux autres co-fondateurs : Shayan Rahnama (Canada) ainsi que Andrew Considine (Australie) et quelques-uns de nos Advisors, qui ont tous contribués à faire de ce projet une réussite. https://www.willstream.com/about

AITN – Fantastique. Peux-tu nous présenter willstream ?

Toffene - Le projet est né de mon expérience de Migrant. Tous les mois, nous envoyons de l’argent à la famille restée au Pays ! Dans un pays comme le Sénégal, près de 74% des foyers ont un migrant qui supporte en grande partie, le coût de la vie. Bien qu’il existe un nombre élevé d’opérateurs de transfert d’argent, le problème principal de la diaspora est resté jusque-là sans véritable solution. Les migrants dépensent une fortune en coûts de transferts, encore plus en appels internationaux avec la famille pour budgéter et ensuite pour vérifier l’utilisation des fonds. Pire, dans 20% des cas, les fonds sont détournes ou gaspillés …ce qui est insoutenable, en cette période de crise. Il en résulte souvent des tensions familiales, des factures impayées, et autres constructions inachevées. C’est le grand problème de la délégation de cash. Déléguez régulièrement du cash à quelqu’un et un jour, vous avez un problème ! Les fonds ne sont jamais utilisés comme on souhaite …

Nous souhaitions attaquer ce problème, qui bien au-delà de transferts d’argents résulte de ce besoin social, de partager ses revenus avec la famille. La diaspora partage près de 40% de ses revenus avec la famille au Pays. Nous souhaitions que cet effort et cette générosité inédite soient mis au service de l’économie du pays d’origine tout en servant la famille ! Willstream est conçu pour permettre à un envoyeur de contrôler l’usage exact des fonds envoyés. Dans le cadre du déploiement actuel, le migrant envoie une sorte de bon d’achat (breveté) que nous appelons “Stream”. Le Stream est reçu par la famille par SMS, et toutes les instructions d’utilisation du migrant y sont encodées de façon sécurisée. La famille peut alors le dépenser localement dans tous les commerces partenaires. Un Stream pour des frais scolaires, ne pourra être utilisé que pour l’école et l’élève indiqué par l’envoyeur.

Nous récoltons ainsi l’ensemble des fonds envoyés par la diaspora, que nous redistribuons directement à des milliers de petits commerces et d’établissements locaux. C’est aussi une façon de voir ce qu’est Willstream. Nous avons un slogan en Anglais : Feed your family, while seeding the local economy ! (Financer l’économie locale tout en subvenant aux besoins (en nourriture) de la famille).

Nous opérons dans le domaine du Mobile Commerce. Dans beaucoup de pays, les opérateurs mobiles ont crée des systèmes de transfert par mobile. Bien qu’étant une énorme révolution en soi, cette première vague s’apparente à l’arrivée des distributeurs automatiques (ATM) dans le paiement classique. Il s’agissait surtout de faire du cash in / cash out, entre personnes.

La seconde vague est celle permettant aux clients de payer de façon très simple chez un commerce et de gérer les véritables besoins des marchands.

Willstream se veut un pionnier de cette seconde vague, sachant que le paiement en Afrique présente des spécificités inédites, que beaucoup d’acteurs n’ont pas encore réalisé.

AITN – Quelles sont les difficultés que vous rencontrez dans votre aventure ?

Toffene - Dans tous les domaines d’innovations High Tech, le paiement est certainement le plus difficile. Depuis la naissance de Visa dans les années 60, très peu de startups ont réussi à s’imposer. Paypal (initié par la Paypal mafia des Peter Thiel et autres Keith Rabois) est probablement un des rares a s’être fait un nom. Square (squareup.com) de Jack Dorsey est aussi un des derniers à avoir franchi cette barrière.

Le challenge est souvent le fameux problème des « dual sided markets ». Il faut beaucoup d’acheteurs pour convaincre les marchands. Et sans marchand, aucun client n’utilisera le service. Il s’agit du premier souci qu’un système de paiement doit résoudre…et nous y sommes parvenus !

Nous avons eu du souci avec les paiements par carte bancaire à destination de l’Afrique. La nature des petits commerces de notre réseau, et dès fois l’Afrique fait peur à la plupart des processeurs bases en USA ou en Europe. Ce fut de loin le plus grand challenge …que nous avons eu à régler.

Enfin, au Sénégal, la plupart des établissements ou commerces n’ont pas ou n’utilisent pas de compte bancaire. Au delà des chiffres affichés, notre expérience du terrain est que l’infrastructure bancaire du pays est très faible, avec des process inadaptés pour le marché de masse. Nous avons donc innové, en permettant (avec nos partenaires bancaires) aux milliers de petits commerces de notre réseau de recevoir leurs paiements sur une carte prepayée mobile Willstream. Nous communiquerons sur cette innovation dans les prochains jours !

La création d’une boite est une série de challenges à résoudre bien au-delà de la simple idée, fut-elle bonne. C’est l’essence même de l’entrepreneuriat : faire des miracles à partir de presque rien. Et sur ce terrain, nous les africains, sommes extrêmement bien armés. Avec de la persévérance et une bonne dose de créativité… aucune barrière n’est insurmontable !

Enfin, ceci peut paraître trivial, mais le choix de l’équipe de départ détermine souvent les chances de réussite d’un projet comme celui-ci. Dans ce cas, j’ai pu compter dès le départ sur des personnes que je respecte énormément, probablement les meilleurs talents dans le secteur des paiements par mobile, à la fois coté plate-forme (Shayan) et coté Biz Dev (Andrew). L’intégration de nos cultures différentes et de nos expériences dans plusieurs partie du monde et le vécu commun (nous avons travaillé ensemble pendant 5 ans) …fut une chance inégalée dans ce projet !

AITN – Auriez-vous un message pour nos lecteurs ? Des éventuels investisseurs ? Des autorités ?

Toffene - Je lance un appel aux internautes de la diaspora et aux partenaires locaux est de venir tester le service et travailler avec nous. Vous découvrirez un service innovant et simple, une façon absolument révolutionnaire de soutenir vos proches en inscrivant tous les commerces dont vous avez besoin, quelque soit leur taille et leur localisation. Si vous gérez une école, une clinique, une pharmacie ou juste une boutique en Afrique, inscrivez la à pro.willstream.com. Vous serez vu et pourrez recevoir des paiements de la diaspora gratuitement !

Nous sommes à l’écoute des investisseurs de la région. Je leur demande de ne pas manquer l’opportunité que représente le secteur naissant des High Tech dans cette décennie.

Certains acteurs l’ont très bien compris en Afrique de l’Est. J’attends la même chose en Afrique de l’Ouest et du Centre.

Pour les autorités, je leur demande juste de soutenir les initiatives des fils du pays…car l’avantage d’un système comme Willstream rejaillira immédiatement sur le développement du pays !

L’Afrique reçoit 40B$ chaque année et nous avons créé un système permettant de faire en sorte que ces fonds puissent directement financer les PME de la région au lieu d’être retires en cash ! Les pays qui comprendront ce principe auront fait de la générosité de leur diaspora, un outil de développement à long terme.

AITN – Merci Toffene et bonne continuation.

Sadibou Sow

(Source : Afrique ITnews, 3 septembre 2012)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 100 000 utilisateurs
- Taux de pénétration de Facebook : 32%

(Facebook Ads, décembre 2018)