twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Wari : Guerre d’associés et accusations de viol

jeudi 18 juin 2015

Avis de tempête signalé à Wari. En plus des problèmes entre les associés de la boîte qui ont épuisé leurs talons entre les marches du Palais de Justice, une affaire de mœurs vient polluer l’ambiance dans cette société de transfert d’argent qui respire la santé financière. Pourtant les choses semblent bien se passer pour Wari, une société devenue non seulement florissante, mais qui est entrée dans les mœurs des consommateurs au point que le slogan ‘’warima’’ est intégré dans le langage populaire. Wari étale ses tentacules jusqu’en Côte d’Ivoire où la société de transfert d’argent a fini d’établir ses quartiers. Signe que la société se porte bien, il y a six mois environ, au mois de novembre dernier, le concept de ‘’Wari moi’’ était en effet lancé à Abidjan avec une forte couverture médiatique. Mais ce n’est là que la vitrine. Car derrière, les bras de fer sont féroces entre les associés de la maison, unis autour du même idéal durant la période des vaches maigres, au tout début de cette aventure en 2008, mais qui ont très rapidement commencé à se crêper le chignon, dès que la société a commencé à respirer la santé financière. Les quatre associés de Wari, de sénégalais, ont fini par multiplier les procédures contre celui qui assume aujourd’hui la direction, Kabirou Mbodj. Celui-ci est décrit sous les traits d’un Julian Assange, qui avait fini de profiter des révélations de Wikileaks, sans en être réellement le ‘’cerveau’’. A Wari aussi, on pense que Kabirou Mbodj s’est accaparé d’une boite qui ne lui appartient tout seul, en procédant de façon quasi clandestine à une augmentation de capital. Et se tapant une publicité tout azimuts. Ce qui explique la pluie de plaintes concernant sa gestion, déposées par ses associés qui ne veulent cependant pas communiquer sur ces affaires. Toutefois lignedirecte.sn peut bien assurer que toutes les procédures judiciaires initiées contre Kabirou Mbodj ont un dénominateur commun. Les associés exigent de Kabirou Mbodj, qu’il communique les documents sociaux. Ce qu’il refuse de faire. On lui reproche aussi de ne pas distribuer de dividendes malgré l’opulence de la maison et de tout gérer dans l’opacité la plus totale. Les condamnations se suivent et se ressemblent, mais Kabirou Mbodj, comme par miracle, parvient toujours à les contourner sans trop de conséquences pour lui. Ses moyens colossaux pèsent-ils dans la gestion de ses dossiers ? En tout cas, rien ne semble arrêter l’homme. Pas même la Police qui l’a auditionné à deux reprises sur une accusation de viol proférée par une femme qui avait saisi la Division des investigations criminelles (DIC). L’affaire remonte à deux mois et Kabirou Mbodj s’était retrouvé dans un vrai engrenage. Le dossier se trouverait sur la table du Procureur en attendant une suite. Mais y aura-t-il une suite ? A suivre.

(Source : Ligne Directe, 18 juin 2015)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)