twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Utilisation des TIC par les enfants : La cyber sécurité, l’ultime recours pour un cyberespace de confiance

vendredi 9 avril 2021

Les acteurs des médias se sont réunis ces 08 et 09 Avril à Thiès dans le cadre d’un atelier de formation sur la Protection des Enfants en Ligne. Ledit atelier visant à lancer une campagne de sensibilisation des jeunes utilisateurs par le biais des médias pour une vulgarisation des stratégies mises en place par le ministère de l’économie numérique et des télécommunications mais aussi d’assurer le maintien de l’équilibre entre les droits de l’enfant, notamment l’accès à l’information et la cyber criminalité qui touche avec recrudescence les enfants qui constituent la couche la plus vulnérable.

« Effet des TIC sur les droits de l’enfant »

Au Sénégal, le taux de pénétration des services internet est estimé à 88,74% avec un parc de 14 825 111 abonnés internet et une population dont la tranche d’âge de 15 à 24 ans représente le groupe d’âge le plus le plus connecté. Le ministre Yankhoba Diattara nous apprend à cet effet que le gouvernement a fait de cet enjeu une priorité, en comptant sur la convergence et la synergie des initiatives et forces des institutions, autant que des familles et des associations qui se mobilisent sur la question.

« Nous devons avoir un réflexe en ce qui concerne l’accès à l’internet aux enfants », telle est la perception du Dr Drissa Doumbia, représentant de l’ESMT et modérateur de l’atelier, qui soutient qu’internet a une grande part de responsabilité sur l’éducation des enfants. En effet, Internet compte plus de 3 milliards d’utilisateurs, et renferme par ailleurs beaucoup de risques liés à cette utilisation.

Le droit à l’éducation, le droit à l’information, le droit au repos et aux loisirs entre autres sont les droits de l’enfant qui soutiennent la thèse de l’impact négatif que peut avoir l’interdiction ou la limitation de l’accès à internet aux enfants.

C’est dans cette dynamique que les travaux pratiques en groupe des acteurs des médias sont venus rejoindre les idées sur la convention relative aux droits de l’enfant. Une réflexion qui a abouti à une réponse unanime des participants.

Développement de supports de communication, mise en œuvre d’un plan de communication, mise en place de services d’assistance aux enfants sur l’utilisation de l’internet, promouvoir la participation de la société civile dans la PEL, apport de la technologie mobile pour aider les enfants à jouir de leurs droits, favoriser l’utilisation de la technologie pour l’épanouissement de l’enfant et faciliter son apprentissage. Ce sont les mots clés du plan d’action du pilier média et com qui tend à établir une stratégie de changement de comportement de la société, plus particulièrement des parents qui jouent un rôle majeur dans l’utilisation de l’internet par les enfants.

« Le rôle du mobile dans la promotion de l’apprentissage »

Interdit dans beaucoup d’établissements, le mobile présente un bon nombre d’avantages. Des avantages qui malheureusement ne sont pas très souvent mis en exergue. Cependant suite à une séance d’échanges, il est noté que la création et l’utilisation d’applications apporteraient plus de facilité dans le monde et l’accès à l’information. Il offre également la possibilité d’apprendre à tout moment et en déplacement.

Le Dr Doumbia de souligner que grâce au numérique on n’a plus besoin de créer des infrastructures et d’occuper des espaces et on surmonte les contraintes liées au temps.

Par ailleurs, il entend instaurer ou mettre à jour des politiques publiques relatives à l’apprentissage mobile, mais également élargir l’accès à l’internet en se conformant aux règles d’équité du genre.

« Une alimentation numérique équilibrée »

L’intervention d’un agent du FBI du nom de Andrew Haugen a permis de mettre des mots et expressions sur les points d’interrogations qui ont toujours existé autour de la cybercriminalité.

Il est important de souligner que la plupart des cybercriminels établissent un lien de confiance avec leurs victimes pour pouvoir exploiter leurs faiblesses et ensuite s’immiscer dans leur intimité. Par contre, il est possible de se protéger des criminels en évitant au maximum de se rendre vulnérable, en l’occurrence de donner trop de détails sur les informations personnelles sur les réseaux sociaux qui peuvent apparaître comme des failles qui vont rendre l’utilisateur susceptible au piratage. La culture du numérique, selon un participant, serait la solution ultime pour une protection effective des enfants sur l’utilisation de l’internet.

Cependant, il est soulevé la question des réalités culturelles qui constituent quelquefois un frein à la protection des enfants. Au Sénégal, la recrudescence de la cyber criminalité s’explique par la limitation des jeunes dans les rapports qu’ils entretiennent avec leurs parents. Étant un pays très ancré dans le respect des valeurs, l’accès à internet devient alors un milieu inconnu de beaucoup d’enfants dans le sens où les jeunes utilisateurs ne sont pas bien informés. Une méconnaissance imputable à la crainte du parent ou du tuteur et qui aura des retombées négatives qui pourront à court, moyen et aussi à long terme avoir un impact négatif sur le bien-être du jeune utilisateur...

(Source : Dakar Actu, 9 avril 2021)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 154 400 abonnés Internet

  • 14 826 621 abonnés 2G+3G+4G (98,76%)
    • 2G : 22,99%
    • 3G : 41,61%
    • 4G : 35,40%
  • 186 225 abonnés ADSL/Fibre (1,24%)
  • 139 205 clés et box Internet (0,90% )
  • 2 349 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,20%
  • Internet mobile : 98,80%

- Liaisons louées : 4 019

- Taux de pénétration des services Internet : 90,71%

(ARTP, 31 mars 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 236 763 abonnés
- 195 398 résidentiels (82,53%)
- 41 365 professionnels (17,47%)
- Taux de pénétration : 1, 41%

(ARTP, 31 mars 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 420 501 abonnés
- Taux de pénétration : 116,25%

(ARTP, 31 mars 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)