twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Une taxe sur l’usage des réseaux sociaux proposée pour financer la gratuité des services sanitaires

vendredi 3 janvier 2020

Le Sénégal peut s’appuyer sur le taux de pénétration de l’internet mobile pour appliquer une taxe sur l’usage des réseaux sociaux, dans le but de trouver des moyens additionnels de financement des services sanitaires décrétés gratuits par l’Etat, a proposé la directrice de la Pharmacie nationale d’approvisionnement (PNA), Annette Seck Ndiaye.

‘’Au Sénégal, le taux de pénétration du mobile est inégalé. Nous devons étudier la modalité d’imposer des taxes sur les messages vocaux envoyés par WhatsApp ou d’autres messages transmis par d’autres réseaux sociaux. Tous doivent participer à la politique de santé publique’’, a-t-elle dit.

Dans une interview publiée vendredi par le quotidien Le Soleil, Annette Seck Ndiaye souligne que la gratuité ‘’a toujours un impact social’’, si l’on sait que les programmes de gratuité ‘’n’existent que s’il y a des médicaments gratuits’’.

‘’Il faut donc des ressources, et des pays comme le nôtre ont l’ambition de couvrir les besoins des populations. C’est important. Il faut le souligner’’, a ajouté Annette Seck Ndiaye.

‘’Le principe d’équité nous exige de prendre en charge les besoins en santé des personnes qui n’ont pas de moyens. Il faut des moyens et ils ne sont pas toujours suffisants’’, a-t-elle expliqué.

Selon la directrice de la Pharmacie nationale d’approvisionnement, la question à se poser est de ‘’savoir si tous les moyens doivent provenir de l’Etat. Doit-on trouver ailleurs des moyens ? Où est-ce qu’on doit trouver des moyens ?’’ a commenté Mme Ndiaye.

Selon elle, des moyens additionnels doivent être trouvés – pour compléter ceux de l’Etat.

Mme Ndiaye estime que le budget du ministère de la Santé et de l’Action sociale, qui s’élève à 191 milliards de francs CFA, ne représente qu’une ‘’portion très faible des besoins réels, parce qu’il va servir à tout le système de santé’’. ‘’Alors que rien que pour les médicaments, on aurait besoin de plus que cela.’’

(Source : APS, 3 janvier 2020)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 534 038 abonnés Internet

  • 10 531 260 abonnés 2G+3G+4G (97,58%)
    • 2G : 29,14%
    • 3G : 54,77%
    • 4G : 16,08%
  • 101 090 clés et box Internet (0,96%)
  • 151 915 abonnés ADSL/Fibre (1,47%)
  • 1781 abonnés bas débit (0,02%)
  • 2778 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 570

- Taux de pénétration des services Internet : 66,98%

(ARTP, 30 septembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 225 643 abonnés
- 183 331lignes résidentielles (81,25%)
- 42 312 lignes professionnelles (18,75%)
- Taux de pénétration : 1,4352%

(ARTP, 30 septembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 398 285 abonnés
- Taux de pénétration : 110,63%

(ARTP, 30 septembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)