twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Télécommunications en Afrique de l’Ouest : La Cedeao pour un marché intégré dès 2007

vendredi 15 avril 2005

Le secrétariat exécutif de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) veut parvenir à ériger la zone ouest-africaine en marché un commun des Technologies de l’information et de la communication (Tics) dès l’année 2007. L’information a été donnée par le docteur Raphael Koffi, représentant du secrétariat exécutif de la Cedeao en marge de la troisième Assemblée générale annuelle de l’Association des régulateurs de télécommunications de l’Afrique de l’Ouest (Artao) ouvert depuis hier, jeudi 14 avril 2005, à Dakar.

La région de la Cedeao est la moins développée en Afrique en termes d’infrastructure de technologie de l’information et de la communication et en termes de déploiement de service. Selon le président de l’Association des régulateurs de télécommunications de l’Afrique de l’Ouest (Artao), M. Ernest "il devient avantageux que les pays de l’Afrique du sub du Sahara travaillent ensemble, pour visualiser et trouver des solutions pragmatiques sur comment faire pour avancer notre sous-région". Pour le secrétariat exécutif de la Cedeao, l’alternative qui s’impose c’est de mettre en place un marché commun d’ici 2007. Selon le docteur Raphael Koffi, la Cedeao va veiller à l’élaboration de directives régionales que chaque pays doit mettre en place. Pour lui, "il convient d’avoir une vision et une politique commune afin d’attirer le maximum d’investisseurs dans la sous-région". La mise en place d’un marché commun nécessite l’harmonisation des différentes politiques. Ce qui nécessite un préalable consistant à bien définir les potentialités. "Le marché des Tics de la sous-région est mal connu car il n’existe pas de données et d’informations précises". Afin de rectifier le tir, la Cedeao, avec l’appui de la Banque mondiale, est en train de mettre en place une base de donnée sur le marché. Ce qui, d’après Raphael Koffi, veillera également à la sécurisation des réseaux entre les pays. Pour le représentant du Bureau de développement des télécommunications (Bdt), Bassave B. Seydoux, le contexte actuel de l’évolution de la société de l’information nécessite la préparation des acteurs africains à la migration annoncée des réseaux traditionnels actuels vers ce qu’on appelle les réseaux de la prochaine génération (Ngn). Les autorités sénégalaises semblent intégrées cette initiative de la Cedeao. Selon le directeur de cabinet du ministre des postes, des télécommunications et des Ntics, "le Sénégal pour sa part, se réjouit des initiatives de la Cedeao pour harmoniser les politiques réglementaires et les cadres de régulation. Ce qui sont des préalables indispensables pour créer un climat propice aux affaires et attirer les investissements pour le développement des Tics".

L’Artao dont les membres sont les régulateurs connus des télécommunications au niveau de la Cedeao est parvenue à la décision consensuelle de mettre en place un forum devant faciliter le processus d’harmonisation en vue de créer un marché intégré des télécommunications en Afrique de l’Ouest. Elle ouvre également à favoriser l’échange d’expériences et d’informations, à proposer des solutions aux problèmes communs et de dresser les contours futurs du développement des télécommunications en Afrique de l’Ouest. La volonté de la Cedeao sera accompagnée par le plan d’action stratégique 2005-2008 de l’Artao qui sera présenté au terme de sa troisième assemblée générale annuelle.

Bacary DABO

(Source : Sud Quotidien, 15 avril 2005)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 12,4 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 3 614 033 abonnés Internet

  • 3 280 818 abonnés 2G+3G (90,08%)
  • 206 704 clés Internet (5,7%)
  • 108 577 abonnés ADSL (3,0%)
  • 17 934 abonnés bas débit (0,5%)

- 577 liaisons louées
- Taux de pénétration des services Internet : 26,64%

(ARTP, 31 mars 2014)

- 3 194 190 utilisateurs d’Internet
- Taux de pénétration : 21,96% de la population

(UIT juillet 2014)

- 3475 noms de domaine enregistrés en .sn
- 3178 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal mars 2012)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 336 737 abonnés
- 1314 lignes publiques
- Taux de pénétration : 2,48%

(ARTP, 31 mars 2014)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 14 065 291 abonnés
- Taux de pénétration : 103,67%

(ARTP, 31 mars 2014)

FACEBOOK

- 730 940 utilisateurs
- 5,93 % de taux de pénétration de la population totale
- 36,74% de taux de pénétration de la population en ligne
- 12ème rang africain pour le nombre d’utilisateurs
- 93ème rang mondial pour le nombre d’utilisateurs
- 18ème rang africain pour le taux de pénétration
- 157ème rang mondial pour le taux de pénétration

(Socialbakers, 27 avril 2013)