twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Technologies de l’information et de la communication : Le financement du secteur en question

mercredi 10 novembre 2010

Il faut encore plus d’efforts pour résoudre la question du financement des projets liés aux Technologies de l’information et de la communication (Tic). Les moyens ne suivant pas les projets.

Le ministère des Technologies de l’Information et de la Communication n’est pas financièrement bien loti. C’est l’aveu fait par le ministre Fatou Blondin Ndiaye Diop qui a fait face, hier, aux députés dans le cadre de l’examen du budget de ce département. Ce qui semble ralentir la réalisation des projets du ministère. Cette situation est, en partie, causée par « la difficulté des relations entre le ministère et l’Agence de régulation des postes et télécommunications (Artp) ». Mme Diop avait révélé aux députés, en commission, que « ces difficultés procèdent de la faible volonté manifestée jusqu’ici par l’Artp, quant au plan de financement décliné par son département ». Elle relève ainsi que l’agence dirigée par Ndongo Diaw n’a pas encore répondu, par écrit, au plan qui lui a été soumis. Mais le ministre a rassuré que « les malentendus sont en passe de se dissiper, car les discussions sont en cours ».

Pourtant, le ministre précise que le décret de création de l’Artp dispose qu’une partie des fonds de l’excédent budgétaire doit servir à financer la promotion des technologies de l’information et de la communication. Malgré cette situation, le ministère ne compte pas baisser les bras, car le ministre annonce « sa décision de toujours transmettre à l’Artp les projets qu’il élabore pour être en conformité avec les prérogatives qui sont les siennes », préférant ainsi laisser l’agence devant ses responsabilités.

Toujours au sujet du financement, la faiblesse du budget alloué au ministère est relevé aussi bien par les députés que par le ministre. Lequel budget a été arrêté à la somme de 487,66 millions de francs Cfa. Sur cette question, le ministre du Budget a donné des explications. Pour lui, « l’Etat a fait beaucoup d’efforts dans ce domaine et la faiblesse du budget n’est pas un manque d’intérêt pour le secteur ». Bien au contraire, dit-il, évoquant les nombreux projets financés par l’Etat pour accompagner ce secteur. À son avis, « la disponibilité du budget est déterminée à la lumière des éléments disponibles au moment de la programmation ». Mais, précise-t-il, il y a une possibilité d’arbitrage, s’il y a de nouveaux éléments plus structurants.

Ndiaga Ndiaye

(Source : L’Observateur, 10 novembre 2010)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 449 579 abonnés Internet

  • 10 183 289 abonnés 2G+3G+4G (97,47%)
  • 115 978 clés et box Internet (1,11%)
  • 130 612 abonnés ADSL (1,25%)
  • 17 961 abonnés bas débit (0,17%)
  • 1739 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 006

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 30 septembre 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 299 774 abonnés
- 234 433 lignes résidentielles (78,20%)
- 65 257 lignes professionnelles (21,80%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 septembre 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 403 402 abonnés
- Taux de pénétration : 107,52%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 100 000 utilisateurs
- Taux de pénétration de Facebook : 32%

(Facebook Ads, décembre 2018)