twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Technologies d’information et de communication : Le téléphone portable serait-il un instrument aliénant ?

vendredi 24 février 2006

Le téléphone portable a répondu à une vraie attente et à ‘’un besoin peu contestable’’ des populations africaines, mais il peut contribuer au renforcement de l’aliénation et à la paupérisation de l’Afrique, estime Aminata Traoré.

‘’Si cet instrument (Ndlr : le mobile) a répondu à une vraie attente et un besoin peu contestable, il peut aussi participer du renforcement de l’aliénation et de la paupérisation de l’Afrique’’, écrit l’ancienne ministre malienne de la Culture, Aminata Traoré, dans une contribution à un ouvrage collectif sur les télécommunications. Mme Traoré, titulaire d’un doctorat en psychologie sociale, estime que ‘’de tous les attributs de la réussite sociale et de la modernité, le téléphone portable est celui dont la grande majorité des Africains estime avoir besoin’’. Pour elle, ‘’en posséder est apparemment vital, que l’on soit paysan, artisan, étudiant, chômeur ou chef d’entreprise’’. ‘’Si l’Etat malien n’a pas perdu, au regard de l’argent injecté dans le budget national, les véritables gagnants sont ailleurs’’, estime-t-elle dans un chapitre de sa contribution intitulé : ‘’Accès, être, paraître ; la connectivité : les vrais et faux défis en Afrique’’.

Cependant, elle déplore que la libéralisation des télécommunications revêt une dimension ‘’quelque peu tragique’’, puisqu’elle ajoute à la confusion des intérêts, à l’aliénation des groupes vulnérables et à leur paupérisation croissante...

Les Etats ont été contraints parfois de ‘’brader’’ les entreprises sous la houlette du FMI et de la BM, de l’OMC et de l’UIT, note Aminata Traoré, selon qui le succès du téléphone portable que les promoteurs ont adapté aux besoins et moyens des usagers des pays pauvres, renseigne sur cette ‘’mondialisation au forceps’’.

Mme Traoré décèle une ‘’confusion entretenue entre l’accès aux biens et services et le respect des droits économiques, politiques, sociaux et culturels des Africains’’...

Pour elle, la logique actuelle de la plupart des usagers apparaît comme étant celle de ‘’je téléphone, donc je suis’’. ‘’Il (le téléphone portable) doit être bien visible et sonner fort’’, relève-t-elle encore non sans ironie, ajoutant que certains en possèdent deux ... ‘’Nombreux sont les usagers démunis qui commencent déjà à le démystifier’’, note l’ancienne ministre de la Culture du Mali...

Promotion du commerce électronique

Les réformes dans les télécoms obéissent à ce schéma, sans que les Africains ordinaires ne se rendent compte de la dépossession et de la domination qui se perpétuent à travers ‘’ces instruments puissants’’ qui sont ‘’d’autant plus redoutables que nous sommes les demandeurs’’. ‘’Ce que nous gagnons compense-t-il ce que nous perdons (...) ?’’, s’interroge l’auteur qui signale ‘’une parenté saisissante’’ entre le cahier des charges du patronat des pays du G7 et la politique sectorielle imposée aux Etats africains, au nom de la rentabilité, de l’efficacité et de la lutte contre la pauvreté...

Selon elle, la suppression des barrières douanières sur les importations de matériels et de logiciels et l’accroissement du volume des ventes au profit des grandes entreprises de leurs filiales et sous-traitants est aussi l’un des desseins de ces dispositions. Elles visent également, selon elle, à promouvoir le commerce électronique loin d’être équitable.

Pour la sociologue, ‘’une véritable participation citoyenne à cette aventure exige une autre configuration de la relation entre société civile, pouvoirs publics et secteur privé’’.

APS

(Source : Le Soleil, 24 février 2006)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)