twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Tchad : Internet Sans Frontières exige la levée des nouvelles restrictions sur l’accès à Internet

mercredi 12 août 2020

Internet Sans Frontières au Tchad menace de traîner l’Etat à la Cour africaine des droits de l’Homme entrave à la liberté d’expression à la suite des nouvelles restrictions imposées sur Internet depuis quelques jours. Noubarassem Blaise, le représentant d’Internet Sans Frontières au Tchad, a tenu une conférence de presse ce 11 août 2020 à à la Maison des médias à N’Djamena pour dénoncer ce qu’il considère comme une violation gravissime. « Si cette mesure n’est pas levée dans les jours qui suivent, un dossier sur cette violation gravissime et répétée de la liberté d’expression, un des droits fondamentaux, sera constitué en vue d’une plainte devant la Cour africaine des droits de l’Homme et des Peuples, car trop c’est trop ! Si les armes et les forces de défense et de sécurité sont les instruments du pouvoir exécutif, les moyens de communication le sont tout autant pour le quatrième pouvoir et nous ne saurions davantage en être privés », menace-t-il.

Noubarassem Blaise indique que les précédentes dénonciations couplées à une action judiciaire avaient contribué à la levée de la mesure du gouvernement qui avait restreint l’usage de l’Internet durant une année. « Nous sommes réjouis et croyions que de telles choses ne sauraient se répéter, malheureusement, cette réjouissance ne fut que de courte durée », se désole-t-il.

Il y a quelques jours, Mahamat Zene Cherif, le ministre de la Communication, avait annoncé de nouvelles restrictions du service Internet. Il a indiqué que le débit des internautes tchadiens a été réduit pour éviter la propagation de « messages haineux » sur les réseaux sociaux. Il justifie sa décision par une recrudescence de la diffusion de messages d’incitation de haine et de division.

Dans la foulée, le ministre Mahamat Zene Cherif qui est par ailleurs porte-parole du gouvernement fait savoir que la restriction est en vigueur depuis le 22 juillet 2020. Ce qui explique les plaintes de plusieurs utilisateurs. Sur la durée de la restriction, le ministre se veut très évasif, en affirmant qu’il s’agit d’une « mesure temporaire » qui sera « levée d’un moment à l’autre« .

Seulement, selon des responsables des télécoms tchadiens cités par l’AFP affirment sous couvert d’anonymat que cette décision est liée à la diffusion d’une vidéo où un officier tchadien, lors d’une altercation avec des mécaniciens le 14 juillet, tire à bout portant sur deux d’entre eux avant d’être lui-même attaqué à l’arme blanche. Selon un communiqué du procureur de la République, « un des jeunes succomba des suites de ses blessures » tandis que l’officier, hospitalisé, « sera traduit en justice une fois guéri ».

Alors que les commentaires sont des plus critiques sur les réseaux sociaux, comme Facebook ou WhatsApp, où la vidéo continue de circuler, certains internautes critiquent le militaire, mais soulignent également qu’il est originaire de la même ethnie que le président Idriss Déby Itno, arrivé au pouvoir par les armes en 1990. En réponse, le président Deby a affirmé le 31 juillet à l’occasion des célébrations de l’Aïd al-Adha que « WhatsApp et VPN ne sont pas créés pour s’insulter, pour cultiver la déchirure du tissu national ou pour critiquer des ethnies« .

Noubarassem Blaise, lui pense qu’on ne devrait pas restreindre l’Internet pour tout le monde à cause de quelques personnes. « Si aujourd’hui, le gouvernement a constaté l’usage malveillant des réseaux sociaux par certaines personnes qui seraient à l’origine de cette mesure comme on nous le laisse entendre, nous pensons que ce sont des personnes facilement identifiables et traçables. Par conséquent, pourquoi ne pas ficher et bloquer ces personnes puisqu’elles ont des identifiants établis ? », suggère-t-il.

Jephté Tchemedie

(Source : Digital Business Africa, 12 août 2020)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 14 323 60 abonnés Internet

  • 14 016 086 abonnés 2G+3G+4G (97,85%)
    • 2G : 25,24%
    • 3G : 45,18%
    • 4G : 29,58%
  • 171 230 abonnés ADSL/Fibre (1,27%)
  • 133 954 clés et box Internet (0,94%)
  • 2 333 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,21%
  • Internet mobile : 98,73%

- Liaisons louées : 22 761

- Taux de pénétration des services Internet : 88,37%

(ARTP, 30 septembre 2020)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 223 406 abonnés
- 182 809 résidentiels (81,83%)
- 40 597 professionnels (18,17%)
- Taux de pénétration : 1,37%

(ARTP, 30 septembre 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 18 630 276 abonnés
- Taux de pénétration : 114,94%

(ARTP, 30 septembre 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)