twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Systèmes de dédouanement Gaindé et Orbus en vitesse de croisière : Le Sénégal en avance sur certains pays de l’OCDE et d’Asie

samedi 29 janvier 2005

Lors d’un atelier organisé au mois d’octobre dernier, à Genève, par la Commission économique des Nations Unies pour l’Europe sur la facilitation électronique, alors que 9 pays étaient sollicités pour présenter leur expérience (Usa, Allemagne, Hong Kong, Singapour, Suède, Maurice, Tunisie, Grande- Bretagne, Sénégal), l’expérience du Sénégal a été finalement considérée comme étant la plus intéressante, selon les fiches d’évaluation remplies par les participants. Par conséquent, le Sénégal a été invité à rejoindre le groupe des experts internationaux qui proposent les standards internationaux en matière d’échanges.

Il a été expliqué à cet effet les raisons de la perfection du système « Gaindé » conçu en 1980 et mis en service en 1990. Par sa configuration « Gaindé » (Gestion automatisée de l’information douanière et des Echanges) ne présente aucun complexe par rapport aux systèmes informatiques douaniers sur le marché mondial. La dernière version de « Gaindé » (GAINDE 2000) dont le nom à l’exportation est « Trade X » est en service depuis 2003 dans certains bureaux des douanes. Elle doit progressivement être étendue à tous les autres bureaux des douanes du Sénégal. Pour sa conception et sa réalisation, il a été fait appel à l’expertise sénégalaise, conférant ainsi une parfaite maîtrise aux équipes chargées de son exploitation et de sa maintenance.

Quant à l’autre module « Orbus 2000 », il est un module de collecte et de rou\age électroniques des documents à joindre à la déclaration en détail. Il a l’atout de sa jeunesse et appartient, en outre, à un segment ou le Sénégal fait partie des rares acteurs à travers le monde à disposer d’un guichet unique virtuel du commerce extérieur. L:histoire d’ « Orbus » est particulièrement liée à celle du Trade Point qui a initié le projet en I995 et qui, après des efforts importants en termes de conception et de réalisation technique, consentira, en 2001, à céder la proprieté du produit à la Douane, avec l’aval des autorité de tutelle. C’est ainsi qu’ « Orbus » a été mis en service en juillet 2004, apres deux années de mise à jour fonctionnelle et de consolidation technique.

Les opérateurs économiques se se sont maintenant à la Douane

Les deux systèmes « Gaïndé » et « Orbuss n’auraient, cependant, connu aucun développement au Sénégal ou à I’extérieur sans le partenariat entre les secteurs public et privé. C’est un comité qui a été mis mis en place au milieu des années 90 dans l’objectif de permettre aux différents acteurs des opérations de dédouanement de se retrouver autour d’une table et décider, ensemble, de la gestion de l’outil infornattique douanier. Il est présidé par le Directeur général des Douanes, et comprend notamment les représentants du Trésor, de la Dtai et des différentes organisations professionnelles impliquées dans les opérations dédédouanement, comme l’Union sénégalaise des entreprises de transit et de transport agréé, le syndicat des auxiliaires de transport du Sénégal et le syndicat des manutentionnaires des transports du Sénégal.

Conscient de sa responsabilité d’optimiser les dépenses de modernisation de l’informatique douanière et soucieux de capitaliser une expertise pérenne autour de « Gaindé » et « Orbus » dans la perspective de leur exportation, le CGPID a créée en 2002, le Gie “ Gaindé 2000 dont il détient 80 % des parts, les 20% restants étant concédés à des partenaires du Cgpid, etc.

« Orbus 2000 » permet l’échange des documents électroniques qui sont authentifiés, reconnus et acceptés par la version 2000 du systéme « gaïndé ».

Dossier réalisé par Adama Mbodj et Félix Nankase (Source : Le Soleil, 29-30 janvier 2005)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)