twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Surtaxe sur les appels internationaux entrant : Environ 500 milliards FCFA perdus par l’Etat, depuis 2009

dimanche 30 septembre 2018

L’Etat a perdu, depuis 2009, près de 500 milliards de francs CFA à cause de la non-application de la surtaxe sur les appels internationaux entrant. L’annonce a été faite, hier, par le président de l’Association nationale des consommateurs du Sénégal (Ascosen), Momar Ndao, lors d’un atelier à Saly.

Le manque de contrôle des réseaux de télécoms et notamment des appels internationaux entrant peut amputer l’économie nationale d’une partie importante de ressources. Selon le président de l’Association nationale des consommateurs du Sénégal (Ascosen), l’Etat a perdu ‘’près de 500 milliards de francs CFA, depuis 2009’’, pour défaut de mise en place de la surtaxe sur les appels internationaux entrant. ‘’Avant, la fraude était notée sur les appels internationaux entrant. On peut voir, par exemple, un numéro orange qui appelle un autre numéro au Sénégal, alors que la personne appelant est en France. Maintenant, c’est l’inverse. Il y a de gens qui sont au Sénégal et qui appellent ceux de l’étranger avec des numéros qui ne sont pas d’ici. Le contrôle est donc extrêmement important. Un décret, à cet effet, a été pris, depuis 2015. Et depuis un an, le système a été branché’’, a expliqué Momar Ndao, hier, lors d’un atelier tenu à Saly sur la fraude sur les réseaux de télécoms.

A sa suite, le Directeur général de l’Autorité de régulation des télécoms et des postes (Artp) a précisé que le Sénégal a signé, depuis l’arrivée de Macky Sall au pouvoir, la Convention de Budapest sur les télécoms, celle de Malabo sur la cybersécurité, celle 108 du Conseil de l’Europe sur la protection des données personnelles. ‘’C’est autant de raisons, dit Abdou Karim Sall, qui nous permettent, avec les forces de sécurité, de mener à bien notre mission. Ceci, pour protéger notre économie et lutter contre la fraude. C’est certes impossible d’avoir zéro fraude, mais, nous avons quand même réussi, ces dernières années, à la ramener à un niveau acceptable’’.

Cependant, le Dg de l’Artp souligne que l’appropriation par les différents acteurs des textes reste un challenge. ‘’L’Artp a constaté, depuis un certain moment, une recrudescence de la fraude, du détournement de trafic et de l’évasion de trafic, à travers les réseaux de télécommunications. Ces pratiques hautement préjudiciables pour le pays, en général, et pour le secteur des télécoms et de communication électronique, en particulier, sont punies par le code des télécoms, ainsi que d’autres lois pénales’’, prévient M. Sall. Pour qui, ces infractions ont un impact négatif sur la qualité des services offerts aux consommateurs et constituent une ‘’menace’’ pour la pérennité de l’économie.

‘’Nous avons démantelé 6 réseaux, en 2016,’’

D’ailleurs, le patron de l’Autorité de régulation de ce secteur souligne qu’il est nécessaire de sensibiliser toutes les structures concernées par la fraude, en vue de bien lutter contre ces pratiques ‘’illégales’’. Qui connaissent un développement continue. ‘’Il est impératif pour l’Artp de bénéficier d’un concours des forces de sécurité et de défense de nature à lui permettre d’assurer une efficacité dans sa mission de lutte contre cette délinquance. Nous avons globalement, en 2016, démantelé 6 réseaux’’, insiste-t-il.

En fait, ces fraudeurs avaient la possibilité de faire des commandes de grandes quantités de cartes sim. Ce qui pousse Abdou Karim Sall a considéré que l’identification des clients est un ‘’levier important’’ qui leur permettra de juguler ce phénomène. ‘’De plus en plus, les ventes de sim dans les rues et au niveau des aéroports sont en train de disparaître progressivement. Artp a pu résilier plus de 5 millions de numéros qui n’étaient pas identifiés’’, rappelle-t-il.

Mariama Diémé

(Source : Enquête, 29 septembre 2018)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 8 761 804 abonnés Internet

  • 8 483 435 abonnés 2G+3G+4G (96,9%)
  • 1131 453 clés et box Internet (1,5%)
  • 117 807 abonnés ADSL (1,3%)
  • 17 965 abonnés bas débit (0,2%)

- Liaisons louées : 21 044

- Taux de pénétration des services Internet : 57,44%

(ARTP, 30 juin 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 292 468 abonnés
- 223 179 lignes résidentielles (76,31%)
- 69 218 lignes professionnelles (23,67%)
- 71 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,92%

(ARTP, 30 juin 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 141 304 abonnés
- Taux de pénétration : 105,80%

(ARTP, 30 juin 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)