twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Sortie de crise pour l’Afrique : La technologie et l’optimisation de la gestion des ressources comme moyens

samedi 16 mai 2009

En prélude de la E-Learning Africa, la plus grande conférence consacrée aux Technologies de l’information et de la communication (TIC) appliquées au développement, le Directeur Général Microsoft Afrique de l’Ouest et du Centre (Wca), M. Ibrahim Youssry, a partagé et échangé avec les différents experts sur l’utilisation de la technologie par rapport a la crise financière mondiale.

Dans son adresse titré « Le développement par la technologie », le Directeur général de Microsoft Wca estime que « la situation économique mondiale actuelle aura un impact sur l’Afrique directement et indirectement soit sur la diminution des investissements la difficulté des financements, la baisse du pouvoir d’achat ... »

Devant cet état de fait, M. Ibrahim Youssry pense que les pays africains et leur partenaires peuvent parvenir à passer cette situation par les moyens dont ils disposons, qui sont la technologie et une optimisation de la gestion des ressources. Selon lui, « la position de Microsoft est claire : cette situation économique est une opportunité pour nous d’améliorer notre gestion, affiner notre stratégie, nous concentrer sur l’essentiel, en s’appuyant sur l’innovation et technologie. Et surtout en s’appuyant sur nos ressources humaines... et leur formation pour mieux les armer face à la situation actuelle et la concurrence accrue ».

Pour lui, « la survie pendant ces temps incertains dépend d’une stratégie claire du business ». C’est ainsi qu’il estime que : « Indépendamment de la taille et de la sophistication d’une activité économique, l’utilisation optimale et intelligente de technologie comme levier principal de gestion peut augmenter le revenu et réduire les coûts d’exploitation ». M. Youssry fait savoir que « l’utilisation de la technologie pour développer le volume d’affaire n’implique pas un grand investissement. Dans beaucoup de cas, il suffit d’adapter la technologie existante pour un business donné. Il suffit de savoir comment optimiser et exploiter a fond cette technologie ».

Il faut rappeler que lors des 44èmes Assemblées Annuelles de la Banque Africaine de Développement (Bad), qui se sont tenues du 10 au 14 mai 2009 à Dakar, les Tic ont été citées dans les perspectives parmi les vecteurs qui vont aider à la relance de la croissance de l’économie africaine en 2010.

La E-Learning Africa est la plus grande conférence consacrée aux technologies de l’information et de la communication (TIC) appliquées au développement, à l’enseignement et à la formation organisée sur le Continent Africain, s’inscrit sur cette lancée. Sa mission est de rapprocher les personnes activement impliquées dans l’enseignement et la mise en œuvre des technologies pédagogiques au sein des établissements scolaires et universitaires ainsi que dans la formation continue au sein des entreprises et du secteur public.

Les participants sont des décideurs de haut niveau, notamment des ministres de l’éducation et des TIC, des représentants d’agences gouvernementales, d’organisations non-gouvernementales (ONG), d’agences de développement et d’organisations internationales, ainsi que des chefs d’entreprise et de nombreux experts issus du monde de l’éducation et de la formation.

Le directeur général de Microsoft Wca pense chaque chef d’entreprise doit se demander : « Pouvons-nous exploiter la technologie pour améliorer la gestion ? » Pour M. Ibrahim Youssry, « en réévaluant les capacités de la technologie dans laquelle les chefs d’entreprises ont beaucoup investi, une voie doit être trouvée pour approcher les clients du marche économique ». A son avis, « pour toute situation difficile donnée surtout dans le domaine économique, une solution doit être trouvée pour une sortie de crise. Des exemples sont nombreux sur l’utilisation de la technologie. »

M. Youssry indique que l’innovation technologique a donné l’accès d’affaires à une variété des ressources nouvelles et accessibles qui promeuvent l’optimisation des coûts. Sur ce point il a cité des exemples comme la Communication unifiée. Business Intelligence et les outils de prise de décision, plus de productivité en moins de temps et moindre coûts. Pour lui, tout ce qu’il faut c’est une Connexion Internet. « La conférence vidéo à plusieurs, et une autre offre qui est maintenant largement disponible, rapproche le personnel et les clients face à face sur l’Internet.

Avec juste un clic de souris, les sociétés peuvent optimiser leurs voyages, et leurs temps ; encore une fois, plus de productivité et moins de couts, plus de compétitivité. L’Innovation et la technologie est la valeur que nos sociétés peuvent adopter pour mieux se positionner sur leurs marché et mieux s’ouvrir sur le monde et élargir leurs marché en dehors de toute barrière physique ».

Après une longue liste de technologies pouvant aider les pays africains dans cette période de crise, M. Youssry souligne que « Microsoft permet aux sociétés Sénégalaises de la place de bénéficier des avantages des technologies de pointe grâce à ses actions civiques ».

Il rappelle ainsi que « l’État joue un rôle très important, principalement en facilitant l’accès aux nouvelles technologies en les rendant abordables à toutes les couches sociales Sénégalaises et Africaines, en encourageant et en communiquant sur l’innovation et les avantages de la technologie, et finalement en protégeant les sociétés contre le piratage et en faisant appliquer les lois en vigueur ».

Bakary Dabo

(Source : Sud Quotidien, 16 mai 2009)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)