twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Sommet mondial de la société de l’information : 50 centres multimédias communautaires pour le Sénégal, le Mali et le Mozambique

jeudi 11 décembre 2003

En présence de Me Abdoulaye Wade, chef de l’Etat du Sénégal, et de ses homologues du Mali et du Mozambique, le directeur général de l’Unesco, M. Utsumi Matsuura, et Walter Fust, directeur général de l’agence suisse de développement et de la coopération (DDC) ont lancé hier un projet de création de 50 Centres multimédias communautaires (CMC) visant à répondre aux préoccupations de plusieurs millions de personnes. Plusieurs millions de dollars seront investis dans le projet pour « fournir à des communautés isolées du Mali, du Mozambique et du Sénégal un accès aux technologies de l’information et de la communication et, notamment à l’Internet. Un moment de fraternité et d’émotion, où les Africains ont démontré leur fraternité dans une complicité spectaculaire. M. Matsuura s’est félicité de l’appui de la Suisse qui a permis de financer ces projets concrets au service de la société de l’information : « Je souhaite que les autres pays suivent l’exemple de la Suisse, a-t-il déclaré ». La révolution numérique dans la « case des tout petit ». Le Président sénégalais a pour sa part remercié la Suisse qui manifeste, encore une fois, sa solidarité à l’égard des pays du Sud. « Je ne regrette pas d’être venu en Suisse. Les grands problèmes trouvent leur solution à la base », a déclaré le père de « la charte de la solidarité numérique ». « Si les Etats n’ont pas de coeur, ils ont des citoyens qui en disposent, a déclaré Abdoulaye Wade pour qui un partenariat s’inscrit dans le petit, moyen et long termes. « Nous sommes capables de faire le bond et prendre notre place dans la société de l’information », a-t-il dit avec conviction. Il a encore interpellé les européens. « Depuis Keynes, il n’y a plus d’économistes en Occident. Ainsi, a-t-il fait appel à Bill Gates : « Le marché de l’ordinateur de demain, c’est l’Afrique ». De la part exprimée de voir Internet tuer les cultures des pays les plus pauvres, Me Wade s’est dit confiant : « Quand on crée, on exprime sa propre culture. Ainsi, le président Wade, qui dit avoir confiance à la culture africaine, a déclaré ne pas avoir peur de l’Internet, dont on dit qu’il uniformise la pensée. Il a, par ailleurs, félicité l’Unesco qui mène un travail excellent pour la diversité culturelle. Mais aussi pour l’appui constant que l’organisation des Nations Unies pour l’éducation et la culture apporte aux projets culturels du Sénégal, et notamment la « Case des tout petits ». « C’est là, a affirmé le président Wade, où commence la véritable révolution numérique ». Son homologue mozambicain qui l’a désigné « Le Professeur, Maître Abdoulaye Wade », s’est félicité que Me Wade soit le premier à prendre la parole : « Il a campé le décor et annoncé avec élégance nos préoccupations et posé la pierre constructive de notre action », a déclaré le président Chissano à l’endroit de son homologue sénégalais. Et, en toute décontraction, malgré la solennité de l’événement, montrant du coup la fraternité africaine, le président Amadou Toumani Touré a dit au président Wade : « Vous êtes notre aîné. C’est à vous de parler le premier ». Et Wade d’évoquer l’histoire : « L’empire du Mali est antérieur au Sénégal », donc M. le Président vous avez la parole ». Son frère malien la lui retourne, en reprenant le droit d’aînesse : « Et c’est vous qui me disiez : l’empire du Mali n’est pas un monopole ». Le président malien a affirmé que la jeunesse africaine était pressée, et il nous faut lui donner des opportunités de travailler et de gagner honnêtement sa vie. Il a trouvé une astuce : venir au Sénégal : « Je viendrai au Sénégal prendre le projet de la « Case des tout petits ». C’est cela cette Afrique de demain qui se construit dans la dignité, malgré la douleur d’un passé que l’Humanité ne doit pas oublier. Dans le Continent noir, « on a coutume de partager, de faire preuve de solidarité », a indiqué M. Adama Samassekou, président de la commission préparatoire du Sommet mondial sur la société de l’information. Lui-même ancien ministre malien de l’éducation, loue la générosité du président Abdoulaye Wade qui accorde une grande place à l’enfance. El Hadji Gorgui Wade Ndoye

(Source : Le Soleil 11 décembre 2003)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 154 400 abonnés Internet

  • 14 826 621 abonnés 2G+3G+4G (98,76%)
    • 2G : 22,99%
    • 3G : 41,61%
    • 4G : 35,40%
  • 186 225 abonnés ADSL/Fibre (1,24%)
  • 139 205 clés et box Internet (0,90% )
  • 2 349 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,20%
  • Internet mobile : 98,80%

- Liaisons louées : 4 019

- Taux de pénétration des services Internet : 90,71%

(ARTP, 31 mars 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 236 763 abonnés
- 195 398 résidentiels (82,53%)
- 41 365 professionnels (17,47%)
- Taux de pénétration : 1, 41%

(ARTP, 31 mars 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 420 501 abonnés
- Taux de pénétration : 116,25%

(ARTP, 31 mars 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)