twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Sommet de l’information : L’Afrique créera son Fonds de solidarité numérique !

jeudi 4 décembre 2003

Réunis fin novembre à Dakar, les ministres africains de l’Information et des technologies de l’information et de la communication (TIC) sont prêts à créer un Fonds africain de solidarité numérique. S’il le faut, sans les pays du Nord, qui traînent les pieds !

A Genève, un Fonds africain de solidarité numérique, fruit de « la collecte des contributions volontaires et des dons individuels et institutionnels », a toutes les chances de voir le jour. A Dakar où ils sont venus, fin novembre, harmoniser leurs positions, les ministres africains de l’Information et des TIC (technologies de l’information et de la communication) ont donné le ton des négociations du futur Sommet mondial sur la société de l’information (Smsi) prévu du 10 au 12 décembre à Genève, en Suisse.

L’atelier ministériel de Dakar, véritable marathon de plus de dix heures de discussions, a permis de parvenir à cette riposte qui pourrait être définitive si les pays du Nord, l’Union européenne et les Etats-Unis en tête, ne revoient pas leur copie. Ceux-ci refusent le principe d’une taxe sur les télécommunications jugée utopique et inapplicable. Selon l’atelier, en effet, ce nouveau fonds devra être confié à la Banque africaine de développement (Bad). Placé sous la houlette de la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (Cea), il sera géré par un comité sur une base tripartite : secteur public, secteur privé et société civile. Une étude conduite par une structure indépendante devra déterminer qui paiera, qui sera bénéficiaire et qui contrôlera les fonds du fonds ?

Pour la dizaine de ministres africains et chefs de délégations présents à Dakar, l’Afrique parlera d’une seule voix à Genève pour soutenir ce Fonds de solidarité si cher au président Wade, un des initiateurs du Nepad (Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique) dont le Sénégal coordonne le volet TIC. Le président sénégalais est venu lui-même remonter le moral de ses troupes dans cette bataille du numérique, saluant le travail de « lion » abattu par les ministres africains. « Est-il juste de construire le 21e siècle en privant la majorité de la population du globe de communiquer ? » a-t-il plaidé. Et d’ajouter rageur : « La fracture numérique est là et il faut la combler ».

L’Europe et les Etats-Unis montrés du doigt Fort de cette conviction, le chef de l’Etat sénégalais est allé loin affirmant qu’il ne fera pas de concession. « Le Fonds de solidarité numérique doit être universellement accepté. S’ils ne veulent pas (ndlr : les pays riches du Nord) nous créerons un fonds entre nous en Afrique avec le soutien de pays arabes et d’Amérique latine, de l’Organisation de la conférence islamique voire de la Francophonie », a-t-il déclaré. « C’est bien parti ! », jubile Amadou Top, tête de file de la délégation sénégalaise au Smsi, très branchée sur ces questions. Quant au malien Mamadou Diallo, président du Bureau du Groupe Afrique du Sommet, il souhaite « que le Smsi prenne acte pour que les pays qui le désirent créent ce fonds ». Ce fonds africain remplacerait celui initialement proposé en février par Wade.

La Suisse, seul pays du Nord à faire une déclaration invitant les Etats à s’engager dans la création d’un fonds à titre volontaire, se serait rapprochée des positions africaines. « Si l’Union européenne accepte ce texte de compromis de la Suisse un grand pas sera franchi », déclare Mamadou Diallo, furieux de voir les Européens et les Américains camper sur leur position.

Madieng Seck

(Source : SYFIA Décembre 2003)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)