twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Sg adjoint des Nations-Unies sur le Fonds de solidarité numérique : « Il y a eu des désaccords entre pays »

jeudi 18 décembre 2003

« Le monde n’était pas encore prêt à résoudre en une semaine les trois principaux questions du sommet liées à la propriété intellectuelle, la gouvernance de l’Internet et la création d’un fonds de solidarité numérique ». Loin d’être une lapalissade, cette déclaration a été faite à la presse genevoise par le secrétaire général adjoint de l’Onu à la communication et à l’information, M. Shashi Tharoor. Selon le secrétaire général adjoint des Nations-Unies, « la question du financement doit encore être discutée d’ici à 2005. Il y a effectivement eu des désaccords entre pays. Pour certains, les moyens existant tels les programmes bilatéraux d’aide suffisent. D’autres en revanche, demandent la création d’un fonds de solidarité ». La division semble donc nette entre la proposition faite par l’Afrique et les autres pays du Sud de mettre sur pied ce Fonds de solidarité, amenant d’ailleurs les autorités onusiennes à confier l’étude de faisabilité d’un tel projet au secrétaire général de l’Onu. Allant plus loin, M. Tharoor indiquera que « le Secrétaire général, Kofi Annan, a été chargé de mettre sur pied un groupe de travail afin d’évaluer quelles sont les meilleures manières de procéder pour combler le fossé numérique et dont les résultats vont être soumis au Sommet de Tunis en 2005 ». Le responsable onusien se refuse cependant à parler d’échec pour la tenue de cette première mondiale car « le fait que les pays, les Pdg de diverses compagnies, les dirigeants des médias et des Ong ont pu se réunir à Genève, se parler et se comprendre est un résultat très appréciable. Genève peut être fière de ce résultat ». Les autorités onusiennes ne désespèrent pas cependant de l’issue de la première étape d’un processus « qui peut durer longtemps, deux ans, voire même plus ». Cette sortie des organisateurs du Sommet coupe ainsi court à toute supputation et surtout semble vouloir montrer que le Fonds de solidarité lancé par le président Abdoulaye Wade, quelques minutes avant la clôture des travaux du Sommet, n’engage pour le moment que ses concepteurs et les villes qui ont accepté d’y mettre leurs sous.

Sandrine JOLY

(Source : Le Quotidien 18 décembre 2003)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 534 038 abonnés Internet

  • 10 531 260 abonnés 2G+3G+4G (97,58%)
    • 2G : 29,14%
    • 3G : 54,77%
    • 4G : 16,08%
  • 101 090 clés et box Internet (0,96%)
  • 151 915 abonnés ADSL/Fibre (1,47%)
  • 1781 abonnés bas débit (0,02%)
  • 2778 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 570

- Taux de pénétration des services Internet : 66,98%

(ARTP, 30 septembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 225 643 abonnés
- 183 331lignes résidentielles (81,25%)
- 42 312 lignes professionnelles (18,75%)
- Taux de pénétration : 1,4352%

(ARTP, 30 septembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 398 285 abonnés
- Taux de pénétration : 110,63%

(ARTP, 30 septembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)