twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Sénégal : un ancien ministre de la communication pour le rattachement de l’ARTP au ministère des télécoms

jeudi 29 novembre 2018

Comme beaucoup de parlementaires sénégalais, Cheikh Bamba Dièye (photo) est déçu de n’avoir pas obtenu le rattachement de l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (ARTP) au ministère des télécommunications. Aux yeux de l’ancien ministre de la communication sous Macky Sall, c’était pourtant une mesure qui s’imposait au regard de l’évolution des choses. « L’ARTP gère un budget de plus de 12 milliards. La présidence de la République est un fourre-tout. Un président de la République ne peut pas avoir le temps pour s’occuper d’agence », justifie le leader du FSD -BJ qui soupçonne une volonté du régulateur du secteur de se soustraire aux principes « de la reddition des comptes et de la redevabilité des comptes » sur les ressources publiques.

Pour une meilleure organisation du secteur

Au-delà de la question du rattachement ou non de l’instance de régulation, c’est tous les paramètres qu’il faudrait revoir en vue d’une meilleure harmonisation. L’ancien patron du département communication du Sénégal dit ne pas comprendre l’absence du ministère du conseil d’administration de la Sonatel par exemple, en dirigeant un domaine aussi stratégique que les télécoms. « On ne peut pas avoir aujourd’hui un ministère qui porte la totalité de la politique du gouvernement dans le secteur et ce ministre lui-même est totalement démuni », conclut Monsieur Dièye lors du vote du nouveau code des communications électroniques qui va être – prochaine étape – promulgué avant son adoption officielle et donc, sa mise en application.

Au coeur des dérives sur les réseaux sociaux

Et sous l’angle des réseaux sociaux, Monsieur Dièye évoque une « aberration » quand le pouvoir veut passer par le nouveau code des communications électroniques pour prendre en charge la question, quoique adressée par le code pénal sénégalais mis à jour. A l’en croire, il faut chercher les raisons des dérives ailleurs. « Quand vous emprisonnez les gens en toute illégalité. Quand vous faites ce que vous voulez à l’Assemblée nationale. Quand l’Exécutif n’en a plus cure des lois. Quand vous obturez toutes les situations, il ne faut pas être surpris que les populations utilisent les réseaux sociaux pour exprimer un ras-le-bol », fustige Cheikh Bamba Dièye.

Elimane

(Source : CIO Mag, 29 novembre 2018)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 8 761 804 abonnés Internet

  • 8 483 435 abonnés 2G+3G+4G (96,9%)
  • 1131 453 clés et box Internet (1,5%)
  • 117 807 abonnés ADSL (1,3%)
  • 17 965 abonnés bas débit (0,2%)

- Liaisons louées : 21 044

- Taux de pénétration des services Internet : 57,44%

(ARTP, 30 juin 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 292 468 abonnés
- 223 179 lignes résidentielles (76,31%)
- 69 218 lignes professionnelles (23,67%)
- 71 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,92%

(ARTP, 30 juin 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 141 304 abonnés
- Taux de pénétration : 105,80%

(ARTP, 30 juin 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)