twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Sécurité en mer : Les Ntic à la rescousse des pêcheurs artisanaux

mardi 23 septembre 2003

En collaboration avec les professionnels de la pêche, Manobi-Sénégal veut résoudre l’équation de l’insécurité en mer. Par le biais des télécommunications intégrées et de l’électronique embarquée (téléphonie mobile et Internet).

De nouvelles commodités, de nouvelles opportunités d’affaires, de nouveaux degrés de réponse à toute éventualité, de nouveaux services. "Intelligence everywhere", cette technologie intégrée pour une humanité rendue plus puissante, devrait bientôt contribuer à la sécurité en mer. Il s’agit d’aller vers un nouveau type de pêcheur, comme on en voit déjà dans le domaine du maraîchage où le producteur contrôle le marché à partir de son périmètre. En présentant, hier, les divers services conçus pour l’aide à la sécurité en mer par le système Gps/Gsm et de l’Internet, Manobi, les organisations de pêcheurs, la Sonatel et Alcatel veulent mettre le mobile au service du pêcheur. Pour trouver une solution au lourd tribut que cette communauté paie annuellement. Même si, reconnaît le colonel Ndiaga Guèye, directeur des Pêches et de l’Océanographie, il y a une évolution, les pertes en vies humaines sont encore très nombreuses. L’impératif est donc de trouver une solution simple, efficace et accessible.

Manobi et ses partenaires s’attèlent, depuis deux ans, à mettre en service des techniques « innovantes et facilement appropriables pour améliorer la sécurité en mer ». L’ambition est de développer un dispositif adapté au secours des pêcheurs en difficulté en mer. Ce système fera intervenir le « téléphone mobile couplé au Gps et l’Internet » pour entretenir « l’information météorologique en temps réel », « assurer la gestion des sorties des pêcheurs », et « faciliter l’organisation des secours en mer ».

Ces services présentés par M. Daniel Annerose, de Manobi, permettront au pêcheur, à partir de son mobile, de disposer d’un bulletin météo détaillé et facilement interprétable par chaque pêcheur. Les groupements interprofessionnels, assurant la gestion des plages et des quais de débarquement, disposent d’un site Web sécurisé (Extranet) à partir d’où ils peuvent consulter ce bulletin météo et diligenter, si nécessaire, des mesures de sécurité.

SITE WEB SECURISE

Où qu’il se trouve, le pêcheur pourra donner aussi sa position depuis son mobile par le Wap ou par Sms. Le responsable de sécurité du groupement interprofessionnel gérant le quai de débarquement du pêcheur détient l’information en permanence et peut chaque fois déclencher l’alerte et lancer éventuellement les recherches ou organiser des secours.

Le Gps couplé à un Gsm permet au pêcheur en détresse d’être en mesure de lancer un signal de détresse en appuyant sur un bouton d’alerte. Manobi, à travers sa plate-forme, gère tout le circuit d’information permettant d’alerter en temps réel l’ensemble des responsables de la sécurité en mer. La position de l’embarcation à secourir est visualisée sur une interface Web à partir de laquelle les secours peuvent être organisés. Le coordonnateur des secours pourra ainsi repérer les pirogues voisines équipées du même système, et les orienter directement vers l’embarcation en détresse.

CENTRE DE COMMANDEMENT

Les services de la direction de protection et de la surveillance des pêches, ou les groupes d’intervention rapide sur les plages de débarquement peuvent aussi être mobilisés depuis le centre de commandement connecté au quai de débarquement et piloté par Internet. Les alertes elles-mêmes vont passer par tous les canaux du réseau mobile (Sms, Wap, etc.) pour atteindre chaque responsable et s’assurer que celui-ci a bien reçu l’information. La progression des secours est, elle-même, visualisée sur l’interface du centre de commandement. L’idée sera testée par la Sonatel et Manobi sur le site de Kayar où une cellule est récemment installée, assurant une couverture du réseau à plus de 12 km des côtes. Et Alcatel va réaliser bientôt des tests afin d’évaluer la zone maximale pouvant être couverte avec un équipement spécial. L’objectif est en tout cas de dépasser les 50 km et de couvrir toute la côte sénégalaise. Les représentants des organisations professionnelles des pêcheurs, MM. Samba Guèye de la Fénagie, Dao Gaye, président de la Commission interprofessionnelle de la pêche artisanale, se sont tous félicités de cette collaboration et souhaitent que cette idée puisse voir le jour le plus rapidement possible. Pour la mise en œuvre de l’ensemble des solutions qui s’appliquent non seulement au secteur de la pêche artisanale, mais à l’ensemble de la navigation en zone côtière.

ADAMA MBODJ

(Source : Le Soleil 23 Septembre 2003)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)