twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Seacom porte sa capacité data à 100 Gbps pour répondre à la demande croissante en connectivité en Afrique

lundi 18 octobre 2021

Au cours des cinq dernières années, de grands groupes internationaux ont investi dans le haut débit en Afrique. La récente crise de Covid-19 a accentué le mouvement. Plusieurs acteurs locaux qui redoutent une perte de terrain ont également renoué avec l’investissement. C’est le cas de Seacom.

Le consortium Seacom, fournisseur de connectivité Internet à haut débit via le câble sous-marin de fibre optique éponyme, annonce l’augmentation de sa capacité data à 100 gigabits par seconde (Gbps) sur la technologie Ethernet. Cette opération fait suite à la demande en connectivité à haut débit enregistrée depuis l’année dernière à travers le continent.

La société indique que cet investissement permettra aux fournisseurs de services Internet (FAI) et aux réseaux de diffusion de contenu (CDN) d’accéder à plus de capacités data qui profiteront également aux consommateurs de services Internet.

Nicole Labuschagne, la directrice générale du département dédié à la fourniture de service chez Seacom, a expliqué que la mise à niveau effectuée répond effectivement aux nouveaux usages d’Internet qui se développent en Afrique. « Nous voulons nous assurer en passant au niveau 100GE que l’Afrique et nos clients suivent le rythme dans un monde de quatrième révolution industrielle toujours plus numérisé, et nous espérons voir la 100GE devenir la norme de l’industrie dans un proche avenir », a-t-elle expliqué.

Seacom a démarré ses activités en Afrique en 2009. En 2018, la société a lancé une capacité de 10 Gbps. L’actuelle montée en puissance de la société fait surtout écho à la concurrence qui ne cesse de croître dans le segment de la connectivité par fibre optique sur le continent. De nouveaux systèmes sous-marins de fibre optique plus puissants sont annoncés, notamment le câble Equiano de Google qui doit être achevé cette année, ou encore le 2Africa mené par Facebook qui est annoncé pour l’année prochaine.

Dans son rapport « Fixed Broadband Market in the Middle East and Africa (MEA), 2021 Update - Analysing Market Trends, Competitive Dynamics and Opportunities till 2026 », ReportLinker indique que les opérateurs du Moyen-Orient et d’Afrique généreront un chiffre d’affaires cumulé de 107,1 milliards $ en services Internet fixes entre 2021 et 2026. La mise à niveau de Seacom lui permettra d’en faire partie et de consolider sa position sur le marché Internet africain.

Muriel Edjo

(Source : Agence ecofin, 18 octobre 2021)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)