twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

SONATEL - Pour éviter le retrait de l’Etat du capital : Les travailleurs vont déposer un préavis de grève

samedi 31 mai 2008

« Sur quelle logique économique se fonde une éventuelle décision de l’Etat du Sénégal de se retirer du capital de Sonatel ? » L’Intersyndicale des travailleurs de cette boîte, composée de Syts, de la Cntpt et Synes, ne trouve pas encore la réponse à la question, mais reste convaincue que s’il « s’engageait dans cette perspective, il aura commis sans aucun doute, un crime économique qui priverait à jamais le pays et les générations futures d’un bijou irremplaçable, en plus de la perte irrémédiable de cet instrument de souveraineté ».

Face à la presse, hier, l’Intersyndicale des agents de la première société de téléphonie au Sénégal a dit toute son inquiétude née de « folles rumeurs » sur « des préoccupations de résorption de déficits budgétaires » auxquels le gouvernement ferait face. Mamadou Aïdara Diop, coordonnateur de l’Intersyndicale de la Sonatel souligne en effet qu’« aucune alchimie ne pourra permettre à notre pays de solder les dysfonctionnements de nos finances publiques tant qu’on abandonnera pas ce train de vie de l’Etat, dispendieux et budgétivore ».

En clair, la solution aux difficultés financières du pouvoir ne passe pas par une cession des actions de l’Etat dont la politique consiste à promouvoir des « nouveaux riches, qui se permettent toutes les extravagances, en demandant au peuple de serrer la ceinture ». Et Mamadou Aïdara Diop et ses camarades, qui semblent entrevoir une « main baladeuse qui lorgne les actifs de l’Etat dans la Sonatel », de se demander : « Pour qui roule-t-on dans cette affaire ? » Est-ce le privé national qui remplacera l’Etat ou France Télécom, partenaire stratégique de la Sonatel ? Les nouveaux fonds seront-ils des fonds souverains ou de pension ? Seront-ils amenés par des spéculateurs financiers ? Un chapelet de questionnements qui n’explique, par ailleurs, pas si le retrait de l’Etat sera partiel ou total.

Quoi qu’il en soit, les travailleurs de la Sonatel soulignent avec certitude que « toutes ces approches sont porteuses d’incertitudes sur la pérennité » de leur entreprise qui, « depuis sa création ne cesse de consolider ses performances économiques et financières » et, par ricochet, des emplois. Fort de ce constat, ils comptent déposer un préavis de grève « pour engager le moment venu la bataille ».

Simon Faye

(Source : Le Quotidien, 31 mai 2008)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)