twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Rentrée académique UCAD : L’option de l’enseignement bimodal

vendredi 15 janvier 2021

Hier, l’université Cheikh Anta Diop a officiellement ouvert ses portes pour l’année académique 2020-2021. Cette rentrée s’est faite autour du thème ‘’Enseignement bimodal : une réalité à l’Ucad’’.

Dans un contexte marqué par la pandémie de Covid-19, l’université Cheikh Anta Diop de Dakar entend s’adapter. Par consensus, la communauté universitaire opte pour l’enseignement bimodal. ‘’Les enseignements à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar vont se faire, cette année, avec un système bimodal, c’est-à-dire que les cours vont se faire à distance et en présentiel. Le quitus et autres documents nécessaires pour les inscriptions pourront être retirés dans les lieux de résidence de l’étudiant. Une plateforme en ligne sera mise en place pour permettre aux parents de suivre les activités des étudiants. Ils pourront aussi vérifier si ces derniers se sont acquittés de leurs droits d’inscription’’, a indiqué hier le recteur de l’Ucad, à l’occasion de la cérémonie d’Amphi de rentrée.

Le professeur Amadou Aly a annoncé la dématérialisation complète de l’inscription avec deux innovations. Désormais, le paiement des frais d’inscription se fera à distance. En outre, l’étudiant pourra effectuer la visite médicale depuis sa zone d’habitation. Partant de la devise ‘’Apprendre autrement’’, la Direction de l’informatique et des systèmes d’information est chargée de mettre en œuvre ce plan stratégique de l’Ucad. Il s’agira de mettre en place des outils pour développer et promouvoir l’enseignement à distance tels que le live streaming.

Cette option va permettre à tout étudiant de pouvoir suivre les cours à partir de son smartphone ou de son ordinateur, une fois connecté à Internet. Le live streaming sera majoritairement utilisé pour diffuser en ligne les cours magistraux. Les différentes facultés seront, à cette occasion, dotées de kits audiovisuels.

Cette année, l’Ucad reçoit 25 000 bacheliers. En dehors de la prévention contre la Covid-19, l’innovation répond également à la problématique des amphis surpeuplés, surtout en premier cycle. De l’avis du professeur Mbaye Thiam de l’école des archivistes, la réussite de ce projet relève de l’engagement de tous les acteurs. ‘’Ce programme demande des acteurs déterminés. Il aura besoin de ressources humaines. Selon l’Unesco, un pays est dit émergent lorsque 2 % de sa population se trouve dans l’enseignement supérieur. Nous ne sommes pas encore à ce niveau. Ce qui signifie que nous n’avons pas assez d’étudiants, contrairement à ce que beaucoup pensent. Il faut plutôt revoir les capacités d’absorption en adaptant infrastructures et population estudiantine’’, affirme-t-il.

Certains acquis dans le cadre de l’enseignement, selon lui, devront être mis en valeur. ‘’Nous sommes, poursuit-il, la seule université en Afrique à compter 1 500 enseignants de tous les grades. Tous les mémoires et thèses sont en train d’être numérisés. L’enseignement bimodal est réel dans notre université. En 2001, nous avons créé un programme d’enseignement à distance à l’Ecole des bibliothécaires et archivistes de Dakar qui fonctionne bien. Cela au travers de différents centres installés à Madagascar, Yaoundé et Rabat. Sur 10 étudiants inscrits, six sont de pays étrangers. Donc, il y a des acquis ; nous ne sommes pas dans le checking, ni dans les tentatives. Maintenant, on systématise l’expérience et l’expertise’’.

Le chercheur plaide pour le rehaussement du sport à l’université et ajoute que ‘’l’année académique 2019-2020 a été paradoxale, en ce sens que l’université a interrompu pour la première fois toutes ses activités pédagogiques pendant six mois. Malgré cela, elle a terminé correctement l’année. Cela veut dire que si nous voulons, nous pouvons. L’année qui s’engage va être complexe. Il va y avoir beaucoup d’obstacles, mais nous sommes déterminés à les franchir ensemble’’.

Dispositif sanitaire, mesures du Coud

En ce qui concerne la gestion sanitaire, les responsables des établissements et instituts insistent sur le respect des mesures barrières. Un cas suspect sur le campus sera pris en charge par le service médical. Si l’étudiant constate les symptômes en étant à son domicile, il lui est conseillé de s’isoler ; son traitement se fera à distance. Quant à ceux qui présentent des comorbidités, ils seront acheminés dans l’un des centres de traitement. Le dispositif sanitaire prévoit aussi la prise en charge des cas asymptomatiques. La présence des personnes vulnérables (les diabétiques, les hyper-tendus...) n’est plus obligatoire. Cette catégorie d’étudiants pourra éviter les lieux grâce à une attestation médicale d’exemption. En outre, l’Ucad compte insister sur l’aération des salles de classe.

Adapté au contexte, l’enseignement bimodal sera soutenu par l’Agence de l’informatique de l’Etat. En effet, l’objectif est de permettre à chaque étudiant de pouvoir se connecter à partir de sa chambre. Le Centre des œuvres universitaires de Dakar (Coud) prévoit de mettre l’étudiant au cœur de son action. ‘’Nous allons insister sur la sensibilisation. Nous avons eu des rencontres avec les amicales d’étudiants et un comité de veille de riposte a été mis en place. Nous avons mis 100 000 masques à la disposition des étudiants, du gel hydro-alcoolique.

La vigilance va être relevée au niveau du service de sécurité. On n’aimerait pas que l’espace universitaire abrite des cas. Nous y travaillons avec le rectorat. Cette année, le focus sera mis sur l’équipement des chambres (matelas, lits suffisants, le mobilier de la cité). La restauration vient en deuxième lieu et ensuite la prise en charge sanitaire ainsi que les aides sociales au personnel. Notre ambition, cette année, est de mettre l’étudiant au cœur de notre action, en commençant par sa chambre. An espère que d’ici la fin de l’année, les résultats vont se faire ressentir dans le campus social’’, détaille son directeur Maguette Sène.

L’ensemble des responsables d’établissement, les instituts de faculté entendent accompagner les nouvelles orientations du recteur. Hier, les 24 meilleurs étudiants de l’Ucad ont été primés.

Emmanuella Marame Faye

(Source : Enquête, 15 janvier 2021)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 154 400 abonnés Internet

  • 14 826 621 abonnés 2G+3G+4G (98,76%)
    • 2G : 22,99%
    • 3G : 41,61%
    • 4G : 35,40%
  • 186 225 abonnés ADSL/Fibre (1,24%)
  • 139 205 clés et box Internet (0,90% )
  • 2 349 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,20%
  • Internet mobile : 98,80%

- Liaisons louées : 4 019

- Taux de pénétration des services Internet : 90,71%

(ARTP, 31 mars 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 236 763 abonnés
- 195 398 résidentiels (82,53%)
- 41 365 professionnels (17,47%)
- Taux de pénétration : 1, 41%

(ARTP, 31 mars 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 420 501 abonnés
- Taux de pénétration : 116,25%

(ARTP, 31 mars 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)