twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Régulation des communications électroniques

jeudi 16 avril 2015

L’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) en partenariat avec Telecom Paris Tech a initié des formations diplômantes en régulation des communications électronique. Le top de départ de la formation de la promotion 2015-2016 est intervenue le 16 mars 2015 à Ouagadougou.

Le développement des communications électroniques en Afrique nécessite des acteurs compétents pour les réguler afin de satisfaire les demandes des consommateurs tout en préservant leurs droits. C’est fort de ce constat que l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) en partenariat avec Telecom Paris Tech a initié il y a dix ans, la formation des acteurs concernés en master spécialisé en Régulation de l’économie numérique (REGNUM) et au badge en Régulation des télécommunications (REGTEL).

Aussi, la cérémonie marquant le début officiel de la formation de la 9e promotion du REGTEL et de la 2e promotion du REGNUM a eu lieu, le lundi 16 mars 2015, à Ouagadougou. Au nombre de 37 dont 21 inscrits en REGNUM et 16 en REGTEL, les stagiaires sont issus de 11 pays d’Afrique de l’Ouest, d’Afrique centrale et d’Inde. Ils sont tous des agents des instances de régulation des télécommunications et des opérateurs de réseaux de leurs pays respectifs. La formation sera dispensée en deux ans pendant sept sessions de deux semaines chacune à Ouagadougou et à Paris.

Selon le représentant de Telecom Paris Tech, Laurent Gille, par ailleurs formateur, ces formations visent à donner la capacité aux régulateurs d’appréhender et analyser les marchés du numérique et des télécommunications afin de prendre les décisions adéquates. Il a relevé que les instruments de régulation, les conditions d’entrée dans le numérique, l’interconnexion, la gestion des fréquences, les aspects juridiques et économiques de l’internet et des télécommunications, la protection des données sont entre autre les modules qui seront enseignés pendant ces formations.

Le ministre du Développement de l’Economie numérique et des Postes, Nébila Amadou Yaro, a indiqué que seule la formation peut permettre aux acteurs de s’adapter aux perpétuelles mutations des communications électroniques. « Les opérateurs et les régulateurs doivent coopérer pour créer un environnement propice au développement des télécommunications », a-t-il dit.

Cette coopération selon lui, n’est possible que par une compréhension commune des problématiques techniques, juridiques et économiques ainsi que des enjeux de la régulation du secteur de l’économie numérique. Il a donc salué la tenue de ces formations et encouragé les participants à des partages d’expériences et de points de vue pour développer les communications électroniques dans leurs pays respectifs.

Eliane Somé

(Source : sidwaya, 16 avril 2015)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 965 676 abonnés Internet

  • 8 679 507 abonnés 2G+3G (96,81%)
  • 161 625 clés Internet (1,80%)
  • 106 126 abonnés ADSL (1,18%)
  • 18 418 abonnés bas débit (0,21%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 30 juin 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 658 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 juin 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 436 809 abonnés
- Taux de pénétration : 104, 30%

(ARTP, 30 juin 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)