twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Réduction de la fracture numérique : La téléphonie Ip comme solution

jeudi 14 février 2008

Le Sénégal est réputé être en avance sur les autres pays de la sous-région en matière technologique. Un statut qui n’est pas très considérable vu l’écart qui le sépare avec les pays émergents sur ce domaine. Dans la panier de solutions qui se dessinent, la téléphonie Ip se positionne en proposant des raccourcis qui passent par la réduction des coûts.

La fracture numérique qui sépare les Sénégal des pays en développement est de plus en plus béante. En attendant les retombés des initiatives politiques comme le fonds de solidarité numérique initié par le Président de la République, la course fait rage chez les fournisseurs de technologies. C’est à l’image de la société américaine Cisco qui propose la téléphonie Ip aux entreprises, gouvernements, organisations et autres institutions.

Les responsables de Cisco présent à Dakar pensent que les marchés émergents sont pour leur société un axe de développement fort et stratégique. Pour eux, ces marchés nécessitent une approche différente, adaptée aux réalités locales. Une approche qui, selon le directeur général de Cisco Afrique Emergent, Anthony R. Vonsee, a pour objectif « d’accompagner réellement le développement économique de ces pays par une utilisation optimale des nouvelles technologies et ce en totale alignement avec les objectifs du millénaire ».

Pour M. Vonsee, contribuer à la révolution internet avec la réduction des coûts de la communication entre filiale d’un même groupe ou département d’un même ministère est un pas vers la réduction de la fracture numérique. Ce qui fait dire au directeur régional Afrique Francophone, Pierre Clasquin de Cisco, « qu’au niveau mondial, on est la phase de démarrage pour faire contribuer l’internet au développement économique ». Pour les impacts de l’évolution technologique peuvent être ce qu’était la révolution industrielle en début du 20ème siècle. Dans cette dynamique, M. Pierre Clasquin pense qu’il faut amener les gens à améliorer la façon dont ils changent leur processus de communication.

Compte tenu des enjeux et opportunité que présente l’Afrique avec son retard technologique, M. Clasquin postule qu’il y’a un chalenge majeur pour les gouvernements de se doter d’administrations performantes équipés de technologies nouvelles pour pouvoir faire face à la corruption, la male gouvernance... Le directeur régional Afrique Francophone avance que le coût d’accès à la technologie est le problème que l’Afrique doit régler pour espérer réduire le fossé numérique.

Bakary Dabo

(Source : Sud Quotidien, 14 février 2008)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)