twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Réduction de la fracture numérique : Les premiers centres de recherche et d’essais inaugurés

mercredi 2 août 2006

Le combat pour la réduction de la fracture numérique se renforce au Sénégal avec création de centres de recherche et d’essais (CRE) et la formation de 120 jeunes. L’inauguration des premiers centres s’est déroulée hier, sous la présidence du ministre Yaye Kène Gassama Dia de la Recherche scientifique et du ministre Joseph Ndong des Télécommunications.

Le programme national d’implantation de centres de recherche et d’essais, processus initié par le Pr. Christian Sina Diatta, est entré, depuis hier, dans sa phase active. Trois communes d’arrondissement de la région de Dakar abritent les premiers prototypes : Mermoz-Sacré-Cœur, Derkhé et Dakar-Plateau. À travers ces centres, « le ministère de la recherche scientifique innove avec l’introduction des technologies WI-FI et CPL consacrant le mariage du réseau d’électricité et des autoroutes de l’information, mais surtout un nouveau mode de communication qu’est l’utilisation du courant électrique pour véhiculer des données numériques », a souligné le ministre. Une technologie « prometteuse » dont l’objectif est de « combler la fracture numérique, favoriser le décloisonnement de la recherche », a estimé Yaye Kène Gassama Dia, se félicitant du partenariat avec les collectivités locales pouvant favoriser « la décentralisation et la démocratisation réelle des TIC, au bénéfice de la jeunesse, l’étendard du futur ». Déjà, la mairie de Dakar met à la disposition du ministère « des cadres d’accueil » que sont les complexes socio-éducatifs, a informé M. Basse, adjoint au maire Pape Diop. Structures décentralisées du ministère de la recherche, ces centres offriront aux populations « un espace de vulgarisation, de valorisation et d’incubation », a soutenu le ministre. C’est pourquoi, les 3 premiers centres ont été entièrement « équipés par mon département de matériels et accessoires informatiques pour assurer la formation et le transfert de savoir et de savoir-faire dans tous les secteurs de développement », a précisé Mme Gassama.

120 jeunes formés

Dans ces premiers centres, 3 séries de formation ont été organisées à l’intention de 120 personnes, sélectionnées parmi 350 candidats. Les sessions de formation portent sur les réseaux sans fil (Wi-Fi) et les courants porteurs en ligne (CPL), les logiciels libres éducatifs et l’assemblage d’ordinateurs. Des solutions « performantes et économiquement viables pour relever le défi de la fracture numérique conformément au souhait de Me Abdoulaye Wade, père fondateur du Fonds de Solidarité Numérique », a souligné Mme Gassama. De l’avis du ministre Joseph Ndong, à travers la création de ces centres, le ministère de la recherche scientifique ouvre des chemins dans lesquels doit s’engouffrer son département pour « vulgariser les technologies dans les zones les plus reculées et faciliter l’accès aux télécommunications. Estimé à 600 millions de F Cfa, le programme sera densifié et massifié. Les TIC servent de module sur lequel seront greffés les autres technologies comme le laser, l’agro-alimentaire, l’insimination artificielle, l’aquaculture, car les modules seront calés aux ressources locales.

DAOUDA MANE

(Source : Le Soleil, 2 juillet 2006)

Post-Scriptum

Des technologies porteuses

Les réseaux sans fil et les courants porteurs en ligne sont considérés comme des technologies alternatives au traditionnel câblage informatique. En effet, « la Wi-Fi est une technologie de réseau informatique sans fil, mise en place pour fonctionner en réseau interne. C’est un moyen d’accès à haut débit à Internet. Quant au CPL, elle permet de transmettre des informations numériques (Internet, vidéos, données, audio) à travers un réseau électrique existant. On peut ainsi se connecter à Internet avec uniquement sa prise électrique dans un milieu isolé », a expliqué Albéric Chimon, spécialiste de systèmes d’information (Fracophone) à l’universelle virtuelle africaine et formateur.

Pour le Wi-Fi, l’antenne est formée d’un morceau de bois surmonté d’une boîte de conserve. Reliée à un ordinateur, elle permet de couvrir « un rayon de 300 mètres ».

Les développements des applications wi-fi et CPL ouvrent d’ « énormes opportunités et sources de revenus et d’emploi pour les jeunes ». Les jeunes ont aussi été formés à « l’ingénierie financière, c’est-à-dire l’utilisation de la technologie à des fins de business (financières) », a noté M. Chimon. Les débouchés sont, entre autres, la téléphonie rurale, la télévision rurale, accès à Internet, cyber réseau électrique (CPL) et cyber wireless (sans fil) permettant de « câbler rapidement un site ». D’où, « l’efficacité et le gain en temps ». Par exemple, avec un routeur wireless qui coûte 80 000 F Cfa, on peut connecter 100 personnes. « Ce qui est une véritable opportunité d’affaires », a estimé Albéric Chimon. Des opportunités que les bénéficiaires de la formation comptent saisir.

D. MANE

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)