twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Radios communautaires : l’ARTP invitée à plus de transparence dans l’attribution des fréquences

dimanche 11 avril 2010

Des participants au séminaire organisé par le CNRA à l’intention des radios communautaires ont invité l’Agence de régulation des télécommunications et des postes (ARTP) à faire preuve de plus de transparence dans l’attribution des fréquences radios en vue d’une meilleure régulation du secteur.

‘’Il y a aujourd’hui des porteurs ambulants de fréquence et plus de radios qui cherchent communauté que de communautés qui cherchent radios’’, a ironisé Oumar Seck Ndiaye, président de l’Association mondiale des radios communautaires pour la région Afrique.

‘’Il faut que l’Union des radios associatives et communautaires (URAC) développe un partenariat avec l’ARTP afin d’avoir une charte et mettre de l’ordre dans le secteur’’, a-t-il insisté.

Poursuivant son propos, il a ajouté : ‘’ On doit travailler sur la question de l’identité pour dire qui est radio communautaire, qui ne l’est pas, et, en même temps, fixer son statut, son mode de financement et de gestion’’.

Quant au président de l’URAC, Souleymane Ba, il a indiqué que sa structure entend ‘’brusquer des axes de coopération avec l’ARTP pour une meilleure coordination des actions’’.

‘’L’ARTP joue un rôle fondamental dans l’attribution et le contrôle des fréquences et il faut qu’on arrive à une vision concertée’’, a-t-il dit.

Ainsi, l’URAC a formulé la demande de participer, aux côtés du CNRA, au processus de distribution des fréquences.

La structure a également insisté sur la suppression de la redevance pour permettre aux radios communautaires, qui assurent une mission ‘’éminemment publique’’, de pouvoir bénéficier d’exonérations de la part de à l’Etat.

Intervenant sur les ’’conditions d’acquisition et d’exploitation des fréquences’’, Mamadou Amar, ancien agent de l’ARTP et ingénieur en radioélectricité, a estimé qu’’’ il faut travailler à garantir une disponibilité des fréquences exemptes de brouillages préjudiciables’’.

M. Amar a suggéré à l’URAC et au CNRA d’œuvrer pour la mutualisation des installations techniques pour mieux préparer le passage à la radiodiffusion numérique. Il a enfin insisté sur l’harmonisation du matériel et des équipements et la nécessité de fusionner leur achat.

(Source : APS, 11 avril 2010)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 534 038 abonnés Internet

  • 10 531 260 abonnés 2G+3G+4G (97,58%)
    • 2G : 29,14%
    • 3G : 54,77%
    • 4G : 16,08%
  • 101 090 clés et box Internet (0,96%)
  • 151 915 abonnés ADSL/Fibre (1,47%)
  • 1781 abonnés bas débit (0,02%)
  • 2778 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 570

- Taux de pénétration des services Internet : 66,98%

(ARTP, 30 septembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 225 643 abonnés
- 183 331lignes résidentielles (81,25%)
- 42 312 lignes professionnelles (18,75%)
- Taux de pénétration : 1,4352%

(ARTP, 30 septembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 398 285 abonnés
- Taux de pénétration : 110,63%

(ARTP, 30 septembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)