twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Quatre nouvelles lois sur les TIC : Le Sénégal sécurise l’activité électronique

vendredi 16 mai 2008

Le vide juridique qui existait au Sénégal en matière des Technologies de l’information et de la communication (Tic) est en train d’être comblé. Quatre lois ont été adoptées par le Parlement, promulguées par le chef d’Etat avant d’être publiées incessamment avec les cinq décrets d’application dans le journal officiel. Ces textes qui viennent se greffer à l’armature juridique et institutionnelle du pays ont fait l’objet d’un atelier d’imprégnation et de sensibilisation à l’intention des journalistes hier, jeudi 15 mai, sous l’égide de l’Agence de l’informatique de l’Etat (Adie).

L’Agence de l’informatique de l’Etat (Adie) a, depuis quelques années travaillé, pour doter le Sénégal d’une réglementation qui cadre avec les réalités actuelles du monde relatives aux Technologies de l’information et de la communication (Tic). C’est à ce titre que quatre nouvelles lois régissant et légiférant la société de l’information ont été élaborées et présentées au Parlement. Ces textes ont été adoptés avant d’être promulguées le 25 janvier dernier par le président de la République, Abdoulaye Wade qui a, en même temps, signé les décrets d’application devant les accompagner. Cette nouvelle législation est composée de : loi d’orientation sur la société de l’information, loi sur les transactions financières, loi sur la protection des données à caractère personnel et enfin une autre qui concerne la cybercriminalité. Tous ces textes sont accompagnés de décret d’application conformément à la loi.

« On ne peut plus dire qu’il y a un vide juridique parce qu’il y a maintenant la loi d’orientation qui définit les bases et les caractéristiques de l’activité liée aux Tic. Ce qu’on peut cependant dire, c’est qu’elle est incomplète, qu’il y a des imprécisions ou des insuffisances », a déclaré le professeur et expert en cyberdroit, Abdallah Cissé. Pour lui, « la loi d’orientation est plutôt une loi de programmation qui fixe le cadre général pour que les gens sachent désormais où mettre le pied ». Cette loi a, selon le recteur du Centre universitaire régional (Cur) de Bambey, l’avantage de permettre au Sénégal de contribuer davantage à l’économie du savoir par les TIC et à édifier une véritable société de l’information, a-t-il poursuivi. Abdallah Cissé est d’avis que « le cadre juridique des TIC doit être prévisible, sécurisé, protecteur, organisé et intégré à l’ordre international, afin de protéger les consommateurs, les propriétés intellectuelles ». Et de souligner le fait que « la législation sur les Tic est importante d’autant que l’information et les connaissances sont devenues des ressources économiques et stratégiques ». L’expert en cyberdroit a tenu à indiquer qu’on ne pas « évoluer de façon irresponsable dans le cyberespace. Pour chaque acteur, la loi d’orientation fixe ce qui est attendu de lui, ses droits et responsabilités ».

La loi sur la cybercriminalité cherche à protéger le système informatique, les données informatiques et surtout les mineurs. Alors que celle qui est relative aux transactions électroniques traite de la liberté de communication par voie électronique, la liberté d’exercice du commerce électronique et de ses limites, de l’obligation d’information du fournisseur électronique de biens et services, entre autres. Pour ce qui est de la réglementation sur la protection des données à caractère personnel, elle est beaucoup plus large. Elle prévoit la mise en place d’une commission de protection des données à caractère personnel, les formalités à la mise en œuvre du traitement de ces données, mais aussi ses obligations. Cette loi a aussi évoqué l’interconnexion des fichiers comportant des données à caractère personnel.

Le directeur général de l’Adie, Tidiane Seck est revenu largement sur les lois en invitant les journalistes de s’en imprégner et surtout d’en faire une large diffusion afin que nul n’en ignore. Mais à leur niveau, une vaste campagne de sensibilisation et de vulgarisation de ces textes est initiée pour que toutes les couches, tous les secteurs d’activités du pays prennent connaissance de la teneur de cette nouvelle législation qui encadre et légifère toute activité électronique au Sénégal.

Le directeur de cabinet du ministre de la Justice, garde des sceaux a estimé que ces nouvelles lois cherchent à promouvoir la sécurité et la confiance dans l’activité électronique. Cela va, selon lui, permettre de traquer la cybercriminalité et l’utilisation abusive du Net.

Ibrahima Lissa Faye

(Source : Sud Quotidien, 16 mai 2008)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

153 153 153 144 144 144 238 238 238 168 168 168 145 145 145 170 170 170 171 171 171 160 160 160 172 172 172 173 173 173 154 154 154 174 174 174 226 226 226 155 155 155 176 176 176 177 177 177 237 237 237 250 250 250 241 241 241 157 157 157 178 178 178 180 180 180 259 259 259 181 181 181 159 159 159 248 248 248 183 183 183 239 239 239 256 256 256 185 185 185 162 162 162 186 186 186 187 187 187 191 191 191 192 192 192 234 234 234 194 194 194 195 195 195 196 196 196 197 197 197 198 198 198 199 199 199 229 229 229 233 233 233 202 202 202 228 228 228 204 204 204 232 232 232 206 206 206 253 253 253 208 208 208 209 209 209 210 210 210 211 211 211 212 212 212 213 213 213 214 214 214 254 254 254 217 217 217 218 218 218 249 249 249 219 219 219 220 220 220 230 230 230 222 222 222 252 252 252 255 255 255 242 242 242 243 243 243 244 244 244 245 245 245 246 246 246 258 258 258 260 260 260 261 261 261 263 263 263 48 48 48 61 61 61 59 59 59 12 12 12 11 11 11 70 70 70 53 53 53 127 127 127 132 132 132 75 75 75 123 123 123 15 15 15 52 52 52 110 110 110 49 49 49 14 14 14 28 28 28 13 13 13 73 73 73 164 164 164 77 77 77 112 112 112 113 113 113 18 18 18 102 102 102 105 105 105 78 78 78 119 119 119 65 65 65 47 47 47 16 16 16 120 120 120 90 90 90 133 133 133 81 81 81 116 116 116 20 20 20 135 135 135 136 136 136 137 137 137 21 21 21 129 129 129 35 35 35 22 22 22 67 67 67 7 7 7 79 79 79 69 69 69 108 108 108 84 84 84 87 87 87 96 96 96 23 23 23 25 25 25 106 106 106 82 82 82 32 32 32 76 76 76 72 72 72 115 115 115 26 26 26 104 104 104 29 29 29 58 58 58 30 30 30 46 46 46 31 31 31 62 62 62 88 88 88 55 55 55 101 101 101 86 86 86 10 10 10 80 80 80 114 114 114 92 92 92 100 100 100 85 85 85 36 36 36 125 125 125 37 37 37 38 38 38 109 109 109 74 74 74 51 51 51 50 50 50 39 39 39 83 83 83 40 40 40 66 66 66 68 68 68 93 93 93 99 99 99 60 60 60 57 57 57 24 24 24 41 41 41 42 42 42 134 134 134 19 19 19 43 43 43 111 111 111 17 17 17 117 117 117 97 97 97 94 94 94 54 54 54 71 71 71 122 122 122 33 33 33 56 56 56 131 131 131 98 98 98 34 34 34 89 89 89 91 91 91 45 45 45 107 107 107

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 12 045 735 abonnés Internet

  • 11 779 800 abonnés 2G+3G+4G (97,8%)
    • 2G : 25,88%
    • 3G : 53,06%
    • 4G : 21,06%
  • 108 945 clés et box Internet (0,90%)
  • 152 047 abonnés ADSL/Fibre (1,29%)
  • 1766 abonnés bas débit (0,02%)
  • 3 177 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,30%
  • Internet mobile : 98,70%

- Liaisons louées : 22 060

- Taux de pénétration des services Internet : 74,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 207 592 abonnés
- 165 915 lignes résidentielles (79,92%)
- 41 677 lignes professionnelles (20,08%)
- Taux de pénétration : 1,28%

(ARTP, 31 décembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 880 594 abonnés
- Taux de pénétration : 110,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)