twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Protection des enfants sur internet : Le plan d’actions national validé

jeudi 1er mars 2018

Le Sénégal dispose, désormais, d’un plan d’action national sur la protection des enfants sur internet. Cet instrument a été validé, hier, au cours d’un atelier organisé par la direction de la promotion de l’économie numérique et du partenariat qui relève du ministère de la Communication, des Télécommunications, des Postes et de l’Economie numérique.

Le plan d’actions national sur la protection des enfants sur internet validé hier sera structuré à différents niveaux : l’Etat, la justice, les médias, la société, les Fournisseurs d’accès à internet (Fai), les victimes. Au niveau étatique, le gouvernement va assurer la gouvernance en aidant à mettre en place un cadre juridique et institutionnel qui va permettre de mieux protéger les enfants en ligne. Quant à la justice, ses acteurs seront formés pour une meilleure prise en compte de la protection des enfants sur internet. Les médias seront mieux sensibilisés et les Fai chargés d’aider à la mise en œuvre de ce plan grâce à des dispositions techniques pour éviter de fournir aux enfants des contenus choquants.

La protection des enfants sur internet est devenue une problématique majeure partout à travers le monde. Selon des statistiques de l’Unicef, chaque jour, plus de 175.000 enfants se connectent pour la première fois sur Internet soit un nouvel enfant chaque demi-seconde. En plus, sur les 4 milliards d’utilisateurs d’Internet à travers le monde, les jeunes de 15 à 25 ans constituent la tranche d’âge la plus connectée. Ces enfants sont exposés à des images choquantes ou même violentes. Ils sont souvent victimes de cyber-harcèlement, de tentatives d’escroquerie, de piratage de comptes ou d’usurpation d’identité. Face à toutes ces menaces contre les enfants sur internet, l’interdiction est-elle la meilleure solution pour protéger les petits ? Non ! répond Mme Laylee Mashiri, représentante de l’Unicef.

Selon elle, les priver d’Internet n’est pas la solution car les technologies de l’information et de la communication offrent aux jeunes beaucoup d’opportunités d’apprentissage. Il faut, dès lors, les protéger face à ces menaces sur la toile. Cette protection des enfants sur Internet, selon le directeur de cabinet du ministère de la Communication, des Télécommunications, des Postes et de l’Economie numérique, Souleymane Diallo qui a présidé la cérémonie d’ouverture de l’atelier, requiert « une action globale, en particulier lorsqu’il s’agit des citoyens les plus jeunes et les plus vulnérables que sont les mineurs ».

« Comme autorité gouvernementale en charge du numérique, nous avons eu à mesurer l’ampleur de la question et avons décidé de prendre à bras le corps toute la problématique, bien entendu dans une approche inclusive où tous les acteurs et partenaires concernés seront mis à contribution pour réfléchir et partager leurs expériences et bonnes pratiques et surtout dégager ensemble les perspectives juridiques, techniques et organisationnelles », a déclaré Souleymane Diallo. Celui-ci promet que le gouvernement va appuyer et soutenir ce plan d’action national sur la protection des enfants sur internet dans sa mise en œuvre et sa pérennité.

Aliou Ngamby Ndiaye

(Source : Le Soleil, 1er mars 2018)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 076 337 abonnés Internet

  • 9 793 802 abonnés 2G+3G+4G (98,15%)
  • 148 476 clés et box Internet (0,97%)
  • 116 093 abonnés ADSL (0,76%)
  • 17 966 abonnés bas débit (0,12%)

- Liaisons louées : 21 175

- Taux de pénétration des services Internet : 66,05%

(ARTP, 31 mars 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 289 426 abonnés
- 221 272 lignes résidentielles (76,45%)
- 68 084 lignes professionnelles (23,52%)
- 70 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,89%

(ARTP, 31 mars 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 984 934 abonnés
- Taux de pénétration : 104,78%

(ARTP, 31 mars 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)