twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Promotion du commerce électronique : Les Pme tissent leur toile

samedi 18 décembre 2004

Le commerce électronique occupe encore une place bien moindre dans les transactions commerciales de l’économie sénégalaise. Une réflexion a été enclenchée sur les moyens de renforcer la compétitivité internationale des entreprises à travers l’utilisation des Ntic pour la pratique du commerce électronique. Le programme s’attelle à encourager l’adoption du commerce électronique par les Pme pour une meilleure compétitivité au niveau international.

L’Organisation mondiale du commerce (Omc) entend par commerce électronique, « l’ensemble des activités de production, de publicité, de vente et de distribution de produits effectués par l’intermédiaire de réseaux de télécommunications », au moment où l’Organisation pour la coopération et le développement économique (Ocde) considère qu’il englobe « toutes les formes de transactions commerciales associant les particuliers et les organisations, qui reposent sur le traitement et la transmission de données numérisées, notamment texte, son et image ». D’autre part, le commerce électro-nique peut aussi être défini comme toute activité consistant en l’utilisation de supports électroniques pour tout ou partie des relations commerciales entre une entreprise et un client ou entre deux entreprises. De fait, cela concerne différentes activités qui vont de la publicité à la livraison en passant par la visite de magasins virtuels et la commande en ligne.

« Les solutions électroniques permettent aujourd’hui aux entreprises d’atteindre de nouveaux clients et de gérer les transactions par voie électronique. Les utilisateurs doivent pouvoir effectuer leurs achats en toute confiance grâce à des systèmes garantissant des transactions sécurisées et la confidentialité des échanges », avance Olivier Sagna, secrétaire général de l’Observatoire sur les systèmes d’information sur les réseaux et les inforoutes (Osiris). Le commerce électronique concerne généralement la vente de marchandises réelles tels que les produits d’artisanat, les livres, les ordinateurs, les denrées alimentaires. Les autres services offerts sont l’accès en ligne à des biens soumis à la législation sur la propriété intellectuelle comme les journaux, magazines, logiciels téléchargeables.

Pour ce qui est du Sénégal, le portail Sentoo de la Sonatel offre un « Espace Shopping » dans lequel il est possible d’acheter différents types de produits de consommation courante tels que les vêtements, les articles de bureau, l’électroménager, les articles de bureau et le mobilier. Le principe est la mise en relation de fournisseurs accrédités par Sonatel multimédia avec les clients qui effectuent leur commande en ligne et doivent s’acquitter ensuite du payement par des moyens classiques. Toutefois, relève l’enquête de Osiris, les commandes à la carte avec un « Ticket Surf » restent faibles compte tenu de montants limités à 2 500 francs. Ainsi, il ne permet que de faire de petites transactions comme l’envoi de Sms, la consultation de pronostics hippiques, l’achat de logos et de sonneries portables.

Depuis la connexion du Sénégal en 1996 à Internet, il n’y a pas eu un grand nombre d’activités destinées à faire la promotion du commerce électronique. Toutefois, relève Olivier Sagna de Osiris, « certaines structures, comme Trade Point Sénégal, ont su exploiter les opportunités d’affaires et les perspectives offertes par le commerce électronique. Ainsi au-delà de son site web sur lequel on trouve des opportunités d’affaires, il a développé le portail komkom.sn qui a pour objectif de recenser tous les secteurs qui recèlent un potentiel au niveau du commerce électronique. Il s’agit de la création de boutiques virtuelles avec option d’achat afin d’aider les entreprises sénégalaises à intégrer le monde du commerce électronique ». Dans ce cadre, le site web vise principalement les artisans, les Pme/Pmi, les autorités publiques qui concourent à la promotion des exportations et au développement du chiffre d’affaires des entreprises.

Actuellement, les autorités ont assigné à Trade Point Sénégal la mission de faciliter les transactions commerciales de manière électronique pour développer le commerce intérieur et international et l’utilisation des Ntic pour le développement des Pme/Pmi. C’est dans cette perspective qu’il faut comprendre le système de dédouanement électronique dénommé Orbus 2000. Ce qui fait défaut à tout cela, c’est la non existence d’une loi spécifique sur le commerce électronique. Toutefois, conscients de cette situation, une réflexion va être lancée en 2005 pour la mise en place d’une loi d’orientation et de programmation sur l’informatique et les libertés afin de conformer l’arsenal juridique existant aux préoccupations liées aux Ntic. Des initiatives sont prévues dans ce sens à propos de la validité des documents et des signatures électroniques, la protection des données personnelles et la lutte contre la cybercriminalité.

Amadou Makhtar NDIAYE

(Source : Le Quotidien, 18 décembre 2004)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)