twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Programme Catia : Internet, porte-voix des sans-voix

vendredi 29 avril 2005

« Il est inconcevable de parler de développement sans technologie. » C’est là la constante de la conférence sur les Nouvelles technologies qui a eu lieu hier à l’hôtel Croix du sud. C’est fort de ce constat que le débat a émergé. Car, si un consensus a été entériné par tous les intervenants, et à fortiori ceux de la Catia (Catalyser l’accès aux technologies de l’information et de la communication en Afrique), c’est bien pour reconnaître que le retard des pays du sud dans le domaine des nouvelles technologies, était de plus en plus problématique dans la configuration du monde actuelle, et qu’il constituait un frein au développement.

C’est dans le dessein de remédier à ce problème, à un modeste niveau, que le programme Catia, a vu le jour. Le programme triennal, qui devrait prendre fin en avril 2006, a pour but de « sensibiliser et rendre accessible l’outil Internet » à des populations qui en sont exclues, par une amélioration à l’accès et la multiplication d’infrastructures. Il ne s’agit pas d’une action unilatérale, puisque Catia (avec une équipe à majorité africaine) sollicite trois types de partenaires dans chaque pays où elle agit. Des partenaires qui sont les sociétés privées, la société civile et les médias.

Ce dernier partenaire s’est vu, lors de la conférence, reproché son manque d’implication par « le peu de diffusion », sur un sujet qui le concerne directement. « La presse ne doit pas se contenter de relayer, mais d’être acteur à part entière dans le domaine des nouvelles technologies », soutient Claire Sibthorpe.

De plus, les instigateurs du programme Catia ont prévu d’intégrer dans leur agenda les programmes à base de contenu local et qui favorisent le multilinguisme. Des portails en wolof et pular ont vu le jour, dans un monde Internet où ces langues sont quasi-absentes. L’outil Internet n’est à personne et se doit d’ « être le porte-voix des sans-voix », déclare-t-on. Les intervenants voulaient signifier par là que l’aspect technologique ne se devait pas d’être une fin en soi mais un « moyen de favoriser le développement social et que l’outil Internet devait constituer ce levier au développement ».

Chafik SAYARI

(Source : Le Quotidien, 29 avril 2005)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)