twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Prêt pour le troisième dialogue des experts de haut niveau sur la science, la technologie et l’innovation et le programme de transformation de l’Afrique

lundi 31 octobre 2016

L’Afrique du Sud accueille cette semaine le troisième dialogue des experts de haut niveau sur la science, la technologie et l’innovation et le programme de transformation de l’Afrique (SED 2016) qui, entre autres choses, devrait aider les pays africains à identifier les principales opportunités et les défis à différents niveaux de la politique et de la hiérarchie pour tirer parti et maximiser la croissance rapide des villes, y compris la naissance des méga-villes sur le continent pour stimuler l’innovation et l’invention.

La réunion, qui se tiendra à Pretoria du 2 au 4 novembre, a également pour mission d’identifier les éléments et les questions clés, basés sur l’expérience locale et internationale. C’est sur cette base que les gouvernements africains, ainsi que leurs partenaires internationaux de développement, peuvent formuler les plans d’action pour transformer leurs villes connues pour la fabrication et le commerce en centres et pôles d’innovation.

Ladite réunion qui aura lieu sous le thème « Villes an tant pôles d’innovation pour la transformation de l’Afrique »est organisée en collaboration avec la Commission de l’Union africaine et l’Agence de coordination et de planification du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD) et avec le soutien du Ministère de la science et de la technologie de la République d’Afrique du Sud.

Kasirim Nwuke, Chef de la Section des nouvelles technologies et de l’innovation, de la Division des initiatives spéciales à la Commission économique pour l’Afrique, dit que la CEA a lancé ledit programme après avoir réalisé l’importance de la technologie et de l’innovation dans la transformation des villes africaines en établissements humains intégrés, sûrs et durables.

« De nombreux pays africains ont reconnu ce besoin et commencent à prendre des mesures pour y remédier. Ces mesures comprennent le développement de nouvelles villes axées sur l’innovation et l’économie du savoir », dit-il.

Certains des résultats escomptés dudit programme comprennent la production du guide du décideur et des recommandations pour examen et adoption par les gouvernements africains, leurs partenaires de développement et le secteur privé, une recherche et un rapport analytique sur « Les villes en tant que pôles d’innovation en Afrique », des notes d’orientation et des documents de travail sur les IST en Afrique.

Les discussions tourneront autour des sujets tels que « L’industrialisation et le rôle des villes », « Définir le terrain africain : tendances émergentes vers les villes et les pôles d’innovation », « Les nouvelles villes africaines peuvent-elles relever le défi de l’innovation ».

Le programme de transformation de l’Afrique offre un espace pour des questions rigoureuses sur ses politiques et ses cadres, une discussion sur les questions émergentes du programme, un partage d’expériences et un apprentissage par les pairs. Il fournit ainsi une plate-forme pour identifier et traiter les principaux problèmes qui se posent susceptibles de renforcer la capacité des pays africains à exploiter le programme pour réaliser leur transformation structurelle et les Objectifs de développement durable.

L’édition 2016 se penchera également sur les moyens mis en place pour que les pays africains puissent déployer les technologies existantes et l’innovation pour promouvoir et améliorer l’efficacité de leurs villes. Et ce, dans le but de leur permettre de servir de pôles d’innovation et aider l’Afrique à identifier éventuellement un ensemble possible de réformes réglementaires qui peuvent faciliter la capacité des villes africaines à favoriser l’innovation et établir un ensemble d’indicateurs pour évaluer la performance des villes africaines en tant que pôles d’innovation.

Le Programme est une initiative de la CEA qui vise à aider les États membres à tirer parti des IST pour conduire la transformation structurelle de leurs économies.

La premiere édition du Programme a eu lieu en 2014 à Abuja, au Nigéria, avec le soutien du Ministère fédéral de la science et de la technologie et avait pour thème « Mettre les nouvelles technologies au service de l’Afrique ». La seconde, co-organisée avec et accueillie par la Commission nationale pour la science, la technologie et l’innovation (NACOSTI) du gouvernement du Kenya dont le thème « Pôles, grappes et parcs d’innovation et la transformation de l’Afrique » s’est déroulée à Nairobi, au Kenya, en 2015 sur le et a été.

Section de la communication
Commission économique pour l’Afrique
B.P. 3001, Addis-Abeba, Ethiopia
Tél : +251 11 551 5826
Email : ecainfo@uneca.org et arfsd@uneca.org

(Source : Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique, 31 octobre 2016)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 965 676 abonnés Internet

  • 8 679 507 abonnés 2G+3G (96,81%)
  • 161 625 clés Internet (1,80%)
  • 106 126 abonnés ADSL (1,18%)
  • 18 418 abonnés bas débit (0,21%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 30 juin 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 658 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 juin 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 436 809 abonnés
- Taux de pénétration : 104, 30%

(ARTP, 30 juin 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)