twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Pr Pape Guèye, Dg de l’enseignement supérieur : “L’usage incontrôlé du net est dangereux”

jeudi 5 janvier 2012

Parce que la pénétration de l’internet n’a pas été contrôlée au Sénégal, l’usage qu’en font les élèves et les étudiants peut être dangereux. C’est la conviction du Directeur général de l’enseignement supérieur, Pr Pape Guèye qui s’exprimait en marge de l’atelier national de dialogue politique sur l’intégration pédagogique des TICs tenu récemment à Dakar au FASTEF (ex-Ecole Normale Supérieure).

Le professeur Pape Guèye, Directeur général de l’enseignement supérieur a relevé le danger de la forte pénétration de l’Internet dans les foyers sénégalais. Il estime à cet effet que c’est un phénomène qui constitue un danger pour les élèves et les étudiants. « L’internet a été très rapidement domestiqué au Sénégal. Aujourd’hui par exemple à Dakar et dans les villes on a une forte pénétration au niveau des foyers. Or cette pénétration a été spontanée et n’a pas été contrôlée, c’est-à-dire qu’il n’y a pas eu une étude préalable pour l’analyser », a-t-il signalé.

De son point de vue, l’usage que peuvent en faire les élèves et les étudiants est un risque pour le milieu scolaire. « L’usage qu’en font les élèves et les étudiants est libre et ouvert. C’est un usage qui peut mener à tous les dangers. C’est un canal mondial de communication qui intègre toutes les réalités du monde, positives comme négatives », prévient-il. Tout en tirant la sonnette d’alarme : « C’est pour cette raison que les pédagogues doivent déterminer un moyen de contrôle, de réutilisation, de redéploiement des objectifs conférés à l’Internet ».

Pr Pape Guèye n’a pas manqué de soulever un autre aspect qui lui parait fondamental. « L’autre aspect qui me parait fondamental est que les TICs doivent nous aider à résoudre la question de la pédagogie des grands jours et donc nous permettre de faire un enseignement de qualité dans une situation de massification des étudiants où on n’a pas assez de bancs ni de tables, moins des infrastructures », fait-il remarquer. Avant de poursuivre : « On peut simplement procéder, soit par le télé enseignement, soit par la mise en ligne des supports. Dans ce domaine là, il faudra beaucoup de réflexions ou plutôt mettre en harmonie des réflexions qui sont déjà en cours. Le Sénégal est déjà largement en avance dans ce domaine ».

Chérif Faye

(Source : Sud Quotidien, 5 janvier 2012)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)