twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Pr Gadiaga sur l’affaire El Malick Seck : « Les délits de presse en ligne sont punis »

vendredi 9 novembre 2007

Au Sénégal, quand on parle de journaliste, on fait référence au support radio, télé ou journal. Pourtant les nouvelles technologies ont marqué l’évolution du métier avec l’avènement d’un nouveau support : l’électronique. Celui-là est moins évident à contrôler. A plusieurs reprises, des séminaires ont été organisés pour légiférer sur les questions liées à la fameuse toile sans frontière qu’est Internet.

Le paysage médiatique sénégalais est, aujourd’hui, entré de plain-pied dans les Nouvelles technologies de l’information et de la communication (Ntic). Une nouvelle forme de journalisme est née avec comme appellation Presse en ligne. Parmi les plus connus, il y a Rewmi.com dont l’administrateur général, El Malick Seck, a été arrêté, mercredi dernier, avant d’être relaxé, hier, par les éléments de la police. Il y a, en outre, Nettali.net, African Global News ou encore des télés en ligne à l’image de Nbn de Khalil Guèye.

Et quand la machine judiciaire s’emballe, elle n’épargne personne. Dans la vague d’arrestations que la presse sénégalaise a connue ces derniers temps, le responsable du site Rewmi.com a été ciblé. Mais, une question taraude encore dans la tête de nombre d’observateurs : Existe-t-il des dispositions régissant la presse en ligne ?

Là-dessus, le Pr Gadiaga se veut clair, évoquant le Code pénal qui stipule qu’il s’agit de « tout moyen de diffusion quel que soit le public, le support ». Donc, « le support électronique étant un moyen de diffusion de masse, déduit-il, s’il y a un délit reproché à un journal en ligne, il est qualifié de délit de presse ». A ce propos d’ailleurs, un journal en ligne sénégalais a déjà été condamné au Sénégal pour des affirmations gratuites émises en ligne et portant atteinte aux bonnes mœurs. Sans compter qu’il était reproché au site en question de diffuser des informations erronées sur la situation casamançaise. Ce qui contribuait à nuire dangereusement au tourisme dans cette zone.

Hamath Kane

(Source : Le Quotidien, 9 novembre 2007)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 534 038 abonnés Internet

  • 10 531 260 abonnés 2G+3G+4G (97,58%)
    • 2G : 29,14%
    • 3G : 54,77%
    • 4G : 16,08%
  • 101 090 clés et box Internet (0,96%)
  • 151 915 abonnés ADSL/Fibre (1,47%)
  • 1781 abonnés bas débit (0,02%)
  • 2778 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 570

- Taux de pénétration des services Internet : 66,98%

(ARTP, 30 septembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 225 643 abonnés
- 183 331lignes résidentielles (81,25%)
- 42 312 lignes professionnelles (18,75%)
- Taux de pénétration : 1,4352%

(ARTP, 30 septembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 398 285 abonnés
- Taux de pénétration : 110,63%

(ARTP, 30 septembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)