twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Pour la reprise des débats politiques contradictoires : Le Cnra somme encore la Rts

vendredi 20 juillet 2007

Le Conseil national de régulation de l’audiovisuel (Cnra) a demandé à la Radio et à la télévision publiques la reprise illico des « émissions légales et de débats contradictoires réservées aux partis politiques » ?

Dans un communiqué rendu public, le Cnra a dit avoir constaté « un déséquilibre persistant » dans le traitement de l’information de ces mêmes médias du service public au détriment de certains partis politiques, estimant que c’est « en violation des dispositions de la loi relative au pluralisme à la radio et à la télévision ».

Et le Cnra, comme avant lui le Haut conseil de l’audiovisuel (Hca), de ressasser les veilles revendications y compris « l’accès équitable de tous les acteurs politiques, syndicaux et des organisations reconnues, de la société civile à ces médias, conformément aux dispositions des lois et règlements ». Le Cnra a aussi déploré « le non-respect des institutions de la République et de la vie privée des personnes », « le non-respect par des radios communautaires » de leurs cahiers de charges, notamment des « dispositions relatives à la publicité et à l’actualité politique ».

Dans son document, le Conseil national de l’audiovisuel a mis en évidence plusieurs griefs contre les médias en général. On notera que ce sont les mêmes griefs qui reviennent sans cesse depuis toujours comme « la diffusion de films érotiques prônant la violence », les « clips musicaux obscènes », l’« omniprésence de telenovelas sur les petits écrans », la « non-préservation dans les programmes de nos chaînes de télévision, de l’image des enfants, des adolescents et des femmes », etc.

La Radio et la télévision publiques vont-elles enfin se plier aux injonctions du Cnra ? Peu sûr. Non pas parce que responsables de la Rts sont têtus, mais parce que, comme nous l’a dit un des membres de ce Conseil, « l’ordre attendu d’en haut ne viendra sûrement pas ». Les responsables de la Rts, des responsables abstraits ? En tout cas, le rôle du Conseil de régulation de l’audiovisuel semble être confiné aux « remarques » et « indignations » de principe. Sans pouvoir de contrainte, il ne peut en être autrement.

Felix NZALE

(Source : Sud Quotidien, 20 juillet 2007)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 534 038 abonnés Internet

  • 10 531 260 abonnés 2G+3G+4G (97,58%)
    • 2G : 29,14%
    • 3G : 54,77%
    • 4G : 16,08%
  • 101 090 clés et box Internet (0,96%)
  • 151 915 abonnés ADSL/Fibre (1,47%)
  • 1781 abonnés bas débit (0,02%)
  • 2778 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 570

- Taux de pénétration des services Internet : 66,98%

(ARTP, 30 septembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 225 643 abonnés
- 183 331lignes résidentielles (81,25%)
- 42 312 lignes professionnelles (18,75%)
- Taux de pénétration : 1,4352%

(ARTP, 30 septembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 398 285 abonnés
- Taux de pénétration : 110,63%

(ARTP, 30 septembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)