twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Plus que quelques heures et les USA perdront le contrôle d’Internet

vendredi 30 septembre 2016

Il ne reste plus que quelques heures pour que le contrôle et la gestion d’Internet ne soient plus entre les mains des Etats-Unis. C’est, en effet, ce 30 septembre 2016 à minuit, aux Etats-Unis, et 6h00 du 1er octobre 2016, dans plusieurs pays africains et européens, que prend officiellement fin le contrat liant le gouvernement américain, à travers son département du Commerce, à l’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (Icann).

Le régulateur d’Internet pourra désormais contrôler et gérer de façon autonome, sous une forme multipartite, l’Internet Assigned Numbers Authority (IANA). Il s’agit de l’organisme en charge de la gestion de l’espace d’adressage IP d’Internet et des autres ressources partagées de numérotation requises soit par les protocoles de communication sur Internet, soit pour l’interconnexion de réseaux à Internet.

D’après Christopher Mondini, un des vice-présidents de l’Icann dont les propos sont rapportés par le site d’information 20min.ch, le nouveau modèle de gestion du régulateur d’Internet, dit multipartite, prévoit que si des ingénieurs, des entreprises, des organisations gouvernementales ou non gouvernementales, ou tout autre groupe qui constitue l’Icann, remarquent qu’il dévie de sa mission, ils peuvent initier des procédures pour une autocorrection.

Pour les Etats-Unis qui peuvent encore changer d’avis sur la gestion d’Internet, les moyens légaux pour conserver la mainmise sur l’Icann semblent épuisés. Le gouvernement américain avait, jusqu’à la mi-septembre 2016, pour notifier clairement à l’Icann, son souhait de renouveler le contrat qui les lie. Passé ce délai, la procédure entrait dans une phase irréversible.

Il faut dire que le mois de septembre se sera écoulé dans une certaine inquiétude pour les partisans d’un Internet contrôlé par tous. La raison de cette inquiétude est la correspondance envoyée à l’Icann, le 31 août 2016, par le département américain du Commerce, lui rappelant son droit de prolonger d’un an, le contrat qui les lie. Soit jusqu’en septembre 2017. Un renouvellement qui aurait repoussé la transition dans le contrôle d’Internet, engagée depuis deux ans.

Muriel Edjo

(Source : Agence Ecofin, 30 septembre 2016)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)