twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Pertes de recettes occasionnées par le système Gainde 2010 : Le Dg des douanes parle de moins de 5%

jeudi 9 juin 2011

Les perturbations causées par le début du déploiement de la nouvelle version du système douanier de dédouanement (Gaindé 2010) n’auraient pas engendré des pertes de recettes importantes. C’est en tout cas ce qu’à affirmé le directeur général des douanes, ce mercredi 8 juin, en marge de l’ouverture de la 2ème Conférence Internationale sur les Guichets Uniques (Cigu) initiée par le Gie Gaindé 2000.

La question des perturbations survenues depuis le début du déploiement de la nouvelle version du système douanier Gainde 2010 ayant empêché à beaucoup de transitaires de travailler pendant presque 72 heures s’est invitée à la 2ème Conférence Internationale sur les Guichets Uniques (Cigu). Interpellé sur le sujet, lors de la conférence de presse ayant succédé à l’ouverture des travaux, le directeur général des douanes a donné des assurances et minimise les dégâts. Pour ce qui est des recettes, Mouhamadou Makhtar Cissé a affirmé que « s’il y a une déperdition, il ne peut pas aller au-delà de 5%. C’est rattrapable dès que nous aurons retrouvé l’intégralité du système ». Toujours sur le plan des recettes, M. Cissé a précisé : « nous n’avons aucune inquiétude et nous sommes assez responsables pour ne pas faire prendre à l’Etat des risques sur les recettes qui conditionnent la survie de beaucoup de Sénégalais. Nous avons bien mesuré les conséquences du déploiement ».

Le directeur général des douanes se voulant plus rassurant pense que « techniquement, la situation est maîtrisée ». A son avis, la modernisation du système de déploiement est un mal nécessaire. « Nous ne pouvons pas ne pas déployer le nouveau système parce que c’est ça qui nous permet d’être compétitif, de rattraper notre classement dans le Doing Business, d’aller vers l’avenir parce que si nous n’avons pas cette nouvelle application, on ne peut pas aller vers la dématérialisation dont on parle aujourd’hui ». Et d’ajouter : « Il faut que les acteurs le comprennent parce qu’avec l’ancien Gaindé on ne peut pas faire de la dématérialisation. On était obligé de faire un basculement pour respecter ces exigences. On a compris le désarroi des gens et on s’en excuse mais les recettes du trésor ne sont pas menacées parce que ceux qui payent peuvent continuer à le faire par chèque ».

Par ailleurs, Mouhamadou Makhtar Cissé a reconnu les désagréments que cette situation a posé. A l’en croire, « les désagréments survenus sont liés à un problème de stabilité de connexion. Ce qui empêche aux transitaires de rester connectés très longtemps mais le système marche ; il n’est pas en panne, ni à l’arrêt ». Avant de préciser : « il faut rappeler que l’informatique est un outil et ce n’est pas parce qu’elle est l’arrêt qu’on ne dédouane pas, qu’on ne sort pas les marchandises et qu’on ne paie pas. Les opérateurs économiques consignent leurs chèques au niveau du trésor pour ensuite enlever la marchandise. C’est la procédure dégradée que nous avons mis en place depuis une semaine et il fonctionne grâce à la collaboration des transitaires, des consignataires, de DP World, qui acceptent des franchises pour ne pas pénaliser inutilement les opérateurs, du fait d’un séjour prolongé dans le port ». A l’en croire, « la situation est maîtrisable et sera maîtrisée dans les prochaines heures ou jours ».

Bacary Dabo

(source : Sud Quotidien, 9 juin 2011)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)