twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Parution d’un livre sur l’histoire des médias au Sénégal

jeudi 1er août 2013

Le journaliste et chercheur sénégalais Moustapha Barry vient de faire paraître aux éditions L’Harmattan, à Paris, un livre intitulé : "Histoire des médias au Sénégal. De la colonisation à nos jours’’, dans lequel il tente une analyses de leurs rapports avec le pouvoir depuis 1856.

"Depuis 1856, médias et pouvoir au Sénégal ont connu des relations ambivalentes, plus ou moins conflictuelles’’, écrit le chercheur dans la note de présentation de l’ouvrage, précisant que ‘’trois temps forts’’ ont marqué ces rapports.

De 1856 à 1960, relève-t-il, le bouillonnement politique a favorisé l’émergence des médias, notamment la presse politique partisane. ‘’Malgré la volonté du pouvoir colonial de neutraliser les médias, ceux-ci ont tenté plus ou moins de jouer leur rôle, malgré la restriction des libertés et une économie médiatique morose’’, souligne Moustapha Barry.

Il ajoute qu’à partir de 1960, la presse plurielle héritée de la colonisation a cédé à un monopole médiatique avec l’instauration du parti unique de fait malgré l’existence de quelques téméraires qui s’aventuraient à créer des journaux.

Moustapha Barry estime que le ‘’tournant’’ a été la deuxième moitié des années 1980 où la presse dite indépendante va émerger, avec parfois des conflits plus ou moins mesurés. Et à partir de 2000, le nombre de médias s’est accru, avec l’avènement des télévisions privées.

A ces différentes étapes, ‘’les rapports entre médias et pouvoir ont été tendus, parfois violents’’, d’où des interrogations sur l’éventualité́ de réformer le paysage médiatique avec des règles clairement définies et respectées par l’ensemble des acteurs, souligne Barry qui préconise l’émergence d’une presse régionale pour ‘’mieux accompagner la démocratie locale’’.

Moustapha Barry est docteur en information et communication, diplômé en journalisme de l’Institut supérieur des sciences de l’information et de la communication (ISSIC) de Dakar. Correspondant à Paris du quotidien privé dakarois Walfadjri, il est auteur de plusieurs articles de presse et de travaux académiques.

(Source : APS, 1er août 2013)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)