twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Paiement des impôts en ligne - e-SINTAX désormais opérationnelle

mardi 3 juillet 2018

Le Ministère de l’Economie, des Finances et du Développement (MINEFID) a officiellement lancé, le 2 juillet 2018, à Ouagadougou, sa plateforme de paiement en ligne de 33 impôts, taxes, retenues à la source et prélèvements.

Le Ministère de l’Economie, des Finances et du Développement (MINEFID) veut réduire les coûts liés aux démarches de déclaration et de paiement des impôts. A cet effet, le département a mis en place une plateforme de paiement en ligne dénommée e-SINTAX.

La ministre en charge de l’économie, Rosine Coulibaly, a lancé officiellement la deuxième version de ce portail de télépaiement le 2 juillet 2018, à Ouagadougou. Pour Mme Coulibaly, la digitalisation des opérations fiscales participe de la volonté de son ministère de moderniser le fisc et d’améliorer le climat des affaires au Burkina Faso.

« La mise en ligne de ce module est un pas de plus dans la modernisation de notre administration fiscale qui permettra à notre pays d’améliorer son indice Doing Business et d’accroître la maîtrise des finances publiques et la sécurisation des recettes fiscales », a-t-elle déclaré.

E-paiement via les banques

Selon la direction générale des impôts, la plateforme e-SINTAX couvre actuellement 33 impôts et taxes, retenues à la source et prélèvements et impôts sur les revenus.

Et les grandes et moyennes entreprises qui sont les contribuables concernés pour le moment, auront la possibilité, en accédant au portail, de télédéclarer tous les formulaires d’impôts dans e-SINTAX, de payer leurs impôts en ligne et de recevoir leurs quittances en ligne ; et tout cela en restant dans leurs entreprises, a indiqué le directeur général des impôts, Adama Badolo.

De manière concrète, les contribuables doivent payer leurs impôts par l’entremise de leurs banques à travers un ordre de virement qui est émis à cet effet, a précisé le DG des impôts. Avant d’ajouter que dans le cadre de l’opérationnalisation de la plateforme, l’administration a signé des conventions avec toutes les banques de la place.

A en croire M. Badolo, la numérisation des opérations fiscales allège le travail des agents des impôts qui pourront désormais s’investir dans des activités à forte valeur ajoutée.

Mais il n’y pas que le fisc qui bénéficie des avantages de cet outil de télépaiement. Il répond également aux besoins des institutions bancaires qui sont des interfaces dans la mise en œuvre de la plateforme.

« Etant à la recherche permanente de solutions innovantes pour nos clients, c’est avec beaucoup d’intérêt que nous avons accueilli la proposition qui, par ailleurs, apporte une réponse aux difficultés liées à la gestion manuelle des avis de crédits », a soutenu le vice-président de l’Association professionnelle des banques et établissements financiers du Burkina (APBEF-B), Diakarya Ouattara.

e-SINTAX, pour une économie de temps et d’argent

Le président de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso, Mahamadi Savadogo, a également salué la mise en route de la nouvelle version de e-SINTAX, qui permettra aux opérateurs économiques de réaliser des gains de temps et d’argent.

Au regard des avantages qu’offre ce nouveau produit, la faîtière des banques et la CCI-BF se sont engagées à sensibiliser les contribuables concernés à basculer vers le e-paiement de leurs impôts.

Pour faciliter l’appropriation et l’adhésion des grandes et moyennes entreprises au nouveau format de télépaiement, la direction générale des impôts a mis en place un mécanisme d’accompagnement à travers des sessions de formation qu’elle dispense deux fois par semaine à l’endroit des contribuables.

En rappel, la première version du e-SINTAX a été lancé le 23 mars 2018 et permettait d’effectuer des déclarations en ligne de 15 impôts. A termes, le fisc envisage de rendre obligatoire la télédéclaration et le télépaiement des impôts au pays des Hommes intègres.

Mahamadi Sebogo

(Source : Sidwaya, 3 juillet 2018)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)