twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Nigeria : le régulateur demande aux populations de participer à la protection des infrastructures télécoms

lundi 30 mai 2022

Les opérateurs de télécommunications nigérians sont souvent confrontés à des actes de vandalisme sur leurs infrastructures, des actes qui impactent la qualité des services fournis aux populations.

La Nigerian Communications Commission (NCC) a exhorté les populations nigérianes à signaler toute forme de vandalisme des infrastructures de télécommunication à travers les 36 États du Nigeria. Selon le régulateur, cette initiative devrait permettre de sauvegarder les équipements et les installations afin d’assurer une meilleure qualité de service aux consommateurs.

Lors d’une séance de sensibilisation dans la zone de gouvernement local de Danbatta, dans l’État de Kano, Garba Umar Danbatta, vice-président exécutif de la NCC, a expliqué : «  nous préconisons que les habitants des communautés soient les premiers à protéger les infrastructures de télécommunications, car sans ces infrastructures, nous ne pouvons pas obtenir la qualité de services souhaitée  ».

Cette initiative du régulateur intervient dans un contexte marqué par la recrudescence des actes de vandalisme sur les infrastructures télécoms, notamment les câbles de fibre optique et les mâts de communications. Selon les données de la NCC, les fournisseurs de services subissent quotidiennement plus de 40 actes de vandalisme. Ils sont également victimes de vols de générateurs, de batteries d’onduleurs, de diesel. En avril dernier, Emeka Oparah, vice-président d’Airtel Africa, a demandé que le gouvernement fédéral classifie le vandalisme d’infrastructures télécoms comme une infraction pénale.

Le vandalisme des infrastructures entraîne de lourdes pertes pour le secteur des télécommunications nigérian. En effet, il revient aux opérateurs et à l’État d’investir davantage dans la réparation et la maintenance des infrastructures endommagées. Les consommateurs, quant à eux, voient les tarifs augmenter alors que la qualité des services se dégrade. «  Les gens savent comment se plaindre de la médiocrité des services, mais ils ne savent pas que ce sont les actions de ces mauvais éléments qui s’en prennent à nos infrastructures qui sont à l’origine de ces problèmes  », a déploré M. Danbatta.

Rappelons que le gouvernement fédéral a proposé en 2014 un projet de loi sur les infrastructures nationales critiques afin de lutter contre ces actes de vandalisme. Il n’a toujours pas été adopté.

Isaac K. Kassouwi

(Source : Agence Ecofin, 30 mai 2022)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)