twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Namibie : PowerCom engage la construction de nouvelles tours télécoms à travers le pays

lundi 22 février 2021

Le taux de pénétration d’Internet en Namibie est encore largement en dessous de 50%. Le gouvernement s’attèle à réduire cet écart qui pourrait entraver ses efforts de relance économique post-Covid.

La société PowerCom, spécialisée dans la fourniture d’infrastructure et d’équipement TIC, a entamé la construction de nouvelles tours télécoms à travers la Namibie. Cette filiale de l’opérateur de téléphonie mobile détenu à 100% par l’Etat, Telecom Namibia, a prévu d’investir 5,4 millions de dollars namibiens (environ 365 000 USD) dans cette opération d’extension du réseau télécoms dont l’objectif est de répondre aux demandes en connectivité qui se multiplient dans plusieurs villes.

La directrice générale de PowerCom, Alisa Amupolo, a déclaré qu’avec « ces infrastructures télécoms, les populations et les entreprises pourront communiquer et effectuer facilement des affaires, ajoutant de la valeur à la croissance économique de notre pays […] la pandémie a eu un impact durable sur la façon dont la technologie s’intègre à notre vie quotidienne. Avec ces nouvelles tours, PowerCom s’efforce de minimiser la fracture numérique en permettant la connectivité pour chaque Namibien ».

Comme plusieurs autres pays en Afrique, la Namibie a fait du numérique un pilier de sa relance économique post-Covid-19. Mais pour atteindre cet objectif, il est nécessaire que le taux de pénétration du haut débit s’améliore d’abord dans le pays. Au 31 décembre 2020, il n’était que de 13,4% selon internetworldstats.com. Combler cette faiblesse permettra non seulement à Telecom Namibia de porter ses services plus loin dans le pays, mais également au gouvernement de réduire la fracture numérique.

Avec une meilleure couverture du territoire national en réseau télécoms, la Namibie devrait voir sa situation socioéconomique évoluer. Dans son « Digital Dividends : Exploring the Relationship Between Broadband and Economic Growth » de 2016, la Banque mondiale explique qu’une augmentation de 10% du taux de pénétration du haut débit augmenterait la croissance du PIB de 1,21% dans les économies développées et de 1,38% dans les économies en développement.

Muriel Edjo

(Source : Agence Ecofin, 22 février 2021)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 14 825 111 abonnés Internet

  • 14 016 086 abonnés 2G+3G+4G (97,90%)
    • 2G : 23,96%
    • 3G : 43,14%
    • 4G : 32,90%
  • 177 363 abonnés ADSL/Fibre (1,21%)
  • 134 098 clés et box Internet (0,90% )
  • 2 258 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,20%
  • Internet mobile : 98,80%

- Liaisons louées : 22 706

- Taux de pénétration des services Internet : 88,74%

(ARTP, 31 décembre 2020)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 228 774 abonnés
- 186.695 résidentiels (81,61%)
- 42 079 professionnels (18,39%)
- Taux de pénétration : 1,36%

(ARTP, 31 décembre 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 078 948 abonnés
- Taux de pénétration : 114,21%

(ARTP, 31 décembre 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)