twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Naissance d’un mouvement contestataire contre les abus de la multinationale Orange

samedi 11 août 2012

Un combat prenant pour origine les réseaux sociaux se profile de jour en jour. Il mêle idéologiquement un peu de tout malgré qu’il soit engagé contre une multinationale qui n’est pas le seul opérateur dans le marché des télécomunications mais dominant largement ce marché au Sénégal. Seulement, il faut s’y pencher pour comprendre qu’il couvre de la défense du pauvre consommateur jusqu’à la lutte contre l’impérialisme, notamment français à travers cette multinationale hyper riche et puissante présente un peu partout en Afrique sous la marque orange, filiale à 100% de la France Telecom. L’idée est en fait qu’en dépit de toute puissance financière, toute entreprise multinationale est nuisible par des actions collectives d’un groupement de personnes comme un boycott collectif dont le groupe constitué sur le réseau social appelle à faire contre la marque privée orange.

L’objectif de ce groupe qui s’est constitué spontanément suite à des plaintes récurrentes des internautes dans différents groupes de discussions sur facebook ; Donc défendre les pauvres consommateurs dont la majorité ne comprennent pas comment fonctionne tout ce système lucratif, maillé entre téléphonie mobile et fixe, internet et médias est l’objectif principal. Dans ce marché, le constat qui a été fait par ces contestataires est que ceux qui profitent des consommateurs y vont sans scrupule, en fermant les yeux sur la misère accentuée causée aux consommateurs sans qui ce système est inerte. En effet, tous les principaux éléments peuvent être éliminés de ce système à l’exception du consommateur.

En pensant aux pauvres goorgorlous de la société sénégalaise qui ne comprennent pas encore le fonctionnement de tout ce système de télécommunications dans notre pays où les fonctionnaires de l’état ne dépassent pas 300 000 sur environ 13 000 000 d’habitants. La plupart des pauvres consommateurs pensent juste être IN en utilisant toutes ces technologies, ne faisant rien d’autre dans tout cela à part appeler, répondre et charger leur téléphone, clé ou box en crédit alors qu’ils devraient ouvrir les yeux parce que cette multinationale investit peu pour tirer un maximum de profit en fin de compte. En effet, les consommateurs sénégalais se plaignent constamment des mauvais services rendus par la multinationale orange dans les contrats qui les lient. Cela étant valable pour tous les pays africains où cette industrie de vol organisé est présente.

Ce système subsiste en complicité vraisemblable avec le régime déchu de Wade et de l’agence ARTP qu’il avait créée pour contrôler les opérateurs qui agissent dans ce marché. Seulement, cette multinationale continue de se faire des milliards de Fcfa de bénéfices (dans ces colonies françaises d’Afrique) sur le dos des pauvres consommateurs sans qu’aucune autorité publique ne le dénonce alors que tous ces milliards pourraient servir à régler des milliers de problèmes locaux si la société continuait à être détenue par la SONATEL tout en restant publique. Mais au contraire, toute cette manne financière produite dans nos pays aux maigres économies finissent dans les caisses de l’état français qui détient 26% des actions de la multinationale France Telecom (sous la marque orange) ou bien qu’ils finissent dans les comptes bancaires des différents actionnaires civiles du métropole.

Mais ce qui est le plus écœurant est que certains sénégalais préfèrent que ces arnaques continuent du moment que cela va bien financièrement pour leur part. Cela confirme la fameuse assertion disant que « le problème du continent africain, ce sont les africains eux-mêmes ». Et si on leur demande pourquoi essayez-vous de barrer la route qui mènerait les populations à une vie meilleure qui leur est par dessus tout commune et serviable. Dans ce cas, ils n’ont rien à répliquer que le fait que leur intérêt crypto-personnel soit menacé dans le fait de mener une contestation face à orange. Ainsi, ceux qui savent très bien comment marche tout ce système sont aussi abusés et sont victimes de la domination de ces entreprises impérialistes sans scrupule.

En effet, les gens qui sont conscients de ces arnaques peuvent pour le moment stopper le fait d’en être victimes mais le souci est qu’ils sont minoritaires à être au courant de ce saut d’humeur. En réalité, la majeure partie des victimes de ces abus de orange Sénégal sont nos pauvres parents par dessus tout analphabètes (à près de 60% au Sénégal) dont la seule reproche qu’on puisse leur faire est qu’ils soient ignorants des arnaques qu’ils subissent chez orange avec ce petit appareil mobile, du petit box ou de la clé que les utilisateurs emportent partout avec leur ordinateur portable pour espérer rester connecter sur le web en cas de besoins professionnels.

Toutes ses espoirs sont en effet très rarement satisfaits en plus du fait que les crédits achetés par les consommateurs ont tous une limite de vie. Ce qui est injuste. Enfin voilà, comment ce combat s’est profilé depuis le début sur les réseaux sociaux et que les initiateurs déclarent ne pas s’arrêter à moins d’avoir un gain de cause. La presse spécialisée dans ce domaine aura intérêt à faire faire des recherches et faire découvrir aux populations ce qui se passe afin pour stopper tous les abus causés aux populations.

Aboubakrine Ndiaye

(Source : La vie sociale, 11 août 2012)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 12,4 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 2 294 036 abonnés Internet

  • 1 992 762 abonnés 2G+3G (86,09%)
  • 163 397 clés Internet (7,1%)
  • 106 733 abonnés ADSL (4,7%)
  • 31 144 abonnés RTC (1,4%)
  • 418 liaisons louées

- Taux de pénétration des services Internet : 16,91%

(ARTP, 31 décembre 2013)

- 2 269 681 utilisateurs d’Internet
- Taux de pénétration : 17,5% de la population

(UIT juin 2012)

- 3475 noms de domaine enregistrés en .sn
- 3178 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal mars 2012)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 343 718 abonnés
- 1812 lignes publiques
- Taux de pénétration : 2,53%

(ARTP, 31 décembre 2013)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 13 133 772 abonnés
- Taux de pénétration : 96,80%

(ARTP, 31 décembre 2013)

FACEBOOK

- 730 940 utilisateurs
- 5,93 % de taux de pénétration de la population totale
- 36,74% de taux de pénétration de la population en ligne
- 12ème rang africain pour le nombre d’utilisateurs
- 93ème rang mondial pour le nombre d’utilisateurs
- 18ème rang africain pour le taux de pénétration
- 157ème rang mondial pour le taux de pénétration

(Socialbakers, 27 avril 2013)