twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

NTIC et médias : La formation continue des agents pour sauver les emplois

mardi 1er juin 2004

Gage du progrès et de la rapidité dans la diffusion de l’information, les Nouvelles technologies de l’information et de la communication (Ntics) sont bien présentes dans le secteur de l’audiovisuel qui polarise les « médias chauds ». Et la présence remarquée des Ntics n’est pas sans effet dans le milieu de la radiodiffusion et de la télévision. A en croire Mame Less Camara, directeur de la radio Envi Fm, qui introduisait une communication sur « les effets de la nouvelle technologie sur la radiotélévision », les Ntics restent un domaine que l’on ne peut pas ne pas prendre en considération, vu la place qu’elles occupent dans l’évolution même des médias. S’exprimant lors du séminaire pour les techniciens de la radiotélévision d’Afrique francophone qui s’est tenu du 26 au 28 mai dernier à Dakar, le conférencier ajoute que ces outils déterminent de nouvelles relations de travail au sein des équipes rédactionnelles. Ils définissent un nouveau rapport entre le journaliste et son entreprise. Cette situation favorise des pertes d’emploi, car certains postes de travail ont tendance à être remplacés par ces nouveaux supports technologiques. On assiste ainsi à l’individualisation du travail, car tout est centré désormais sur une seule personne.

Pour les professionnels de l’audiovisuel, la seule alternative est la formation continue des agents. Pour faire face aux Ntics dans les radiotélévisions, il faut s’adapter à leur évolution, développer une capacité d’anticipation et de reconversion de certains postes de travail devenus sans objet. Pour Mame Less Camara, il faut « anticiper sur les pertes d’emploi en élaborant des politiques de formation continue qui font que les gens s’adaptent aux évolutions technologiques ou si le poste d’emploi auquel ils étaient affectés, est devenu sans objet du fait des Ntics, qu’ils bénéficient d’une reconversion ». Aujourd’hui, fait remarquer le conférencier, on peut voir par exemple, un journaliste travailler de manière individuelle et devenir preneur de son et journaliste en même temps. Mieux, des techniciens d’antenne travaillant avec les animateurs, sont souvent remplacés par ces derniers.

Donnant l’exemple de la Rts, où bientôt l’image virtuelle de synthèse de décors à l’écran va remplacer les artistes et les décorateurs qui s’occupaient de ce service mais aussi où l’acquisition de matériels numériques de montage va supprimer le travail des monteurs, Babacar Ndiaye de la Rts démontre ainsi les effets directs des Ntics sur la radiotélévision. Son seul souci à l’heure actuelle est comment peut-on faire pour sauver les emplois des agents ? Il ne faut pas, estime M. Camara, que l’outil de travail licencie le travailleur. Les propositions vont de la création d’un centre régional de formation des techniciens et ingénieurs de son, à une exigence de l’employeur d’assurer la formation des agents concernés. Cependant, les Ntics offrent aux radiotélévisions de nouvelles opportunités. Une large diffusion des programmes par le biais des satellites et paraboles mais aussi l’internet, ce qui permet leur accès à d’autres publics.

Fatou K. SENE

(Source : Wal Fadjri 1er juin 2004]

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)